Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 18:24

 

 

 

Kendra Morris - Banshee

kendra-Morris.jpg

 

 

Nous ne pouvons pas tous être les maîtres

et les maîtres ne peuvent pas tous être fidèlemlent servis.

 

En effet, seigneur, aussi vrai que vous êtes Roderigo,si j'étais le More,

je ne voudrais pas être Iago.

En le servant, je ne sers que moi-même.

 

Je ne suis pas ce que je suis.

Acte I - scène première

 

Un être comme toi fait pour effrayer et non pour plaire.

Acte I - scène trois

 

Gémir sur un malheur passé et disparu

est le plus sûr moyen d'attirer un nouveau malheur.

 

Les mots ne sont que des mots, et je n'ai jamais ouï dire

que dans un coeur meurtri on pénétrât par l'oreille...

 

S'il est vrai que la vertu a tout l'éclat de la beauté,

vous avez un gendre plus brillant qu'il n'est noir.

 

 

Notre corps est notre jardin,

et notre volonté est notre jardinier.

 

Il y a dans la matrice du temps bien des évènements

dont il va accoucher.

 

Il faut que l'enfer et la nuit

produisent à la lumière du monde ce monstrueux embryon !

Acte II - scène première

 

Quand les démons veulent produirent les forfaits les plus noirs,

ils les présentent d'abord sous des dehors célestes.

Acte III - scène première

 

Oh prenez garde, monseigneur, à la jalousie !

C'est le monstre aux yeux verts qui produit l'aliment dont il se nourrit.

 

Car elle avait des yeux, et elle m'a choisi !

Acte III - scène trois

 

L'honneur est une essence qui ne se voit pas;

beaucoup semblent l'avoir, qui ne l'ont plus.

Acte IV - scène première


Partager cet article
Repost0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 21:54

 

 

 

 

Alejandra Felmer alias Alex June

 

 

 

La mort du Feu


Les Oulhamr fuyaient dans la nuit épouvantable. Fous de souffrance et de fatigue, tout leur semblait vain devant la calamité suprême : le Feu était mort. Ils l’élevaient dans trois cages, depuis l’origine de la horde ; quatre femmes et deux guerriers le nourrissaient nuit et jour.
Dans les temps les plus noirs, il recevait la substance qui le fait vivre ; à l’abri de la pluie, des tempêtes, de l’inondation, il avait franchi les fleuves et les marécages, sans cesser de bleuir au matin et de s’ensanglanter le soir. Sa face puissante éloignait le lion noir et le lion jaune, l’ours des cavernes et l’ours gris, le mammouth, le tigre et le léopard ; ses dents rouges protégeaient l’homme contre le vaste monde.

Toute joie habitait près de lui. Il tirait des viandes une odeur savoureuse, durcissait la pointe des épieux, faisait éclater la pierre dure ; les membres lui soutiraient une douceur pleine de force ; il rassurait la horde dans les forêts tremblantes, sur la savane interminable, au fond des cavernes. C’était le Père, le Gardien, le Sauveur, plus farouche cependant, plus terrible que les mammouths, lorsqu’il fuyait de la cage et dévorait les arbres.
Il était mort !

 

 

Ca vous prend aux tripes un truc comme ça...

Des générations de mômes se sont longtemps couchés de bonnes heures

super angoissées et parfois leur bougie éteinte, leurs yeux se fermaient si vite

pour essayer d'oublier les images de la horde en fuite et livrée à la nuit...

 

Arhhhg z'auraient mieux fait de lire du Proust les pauvres mioches...


 

"La guerre du feu" est un roman écrit et publié en 1911 par deux frères Joseph Henri Honoré Boex

et Séraphin Justin Boex qui ont trouvé plus simple de signer J-H Rosny.

Comme on les comprend.

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 20:40

 

 

 

 

 

 

 

Vous demandez qui parle, ou moi, ou lui. Anthoine

ou l'autre, la première ou la troisième personne, l'acteur

ou le témoin, l'homme ou le scribe, celui qui ne se voit

plus dans le miroir ou celui qui a choisi d'être miroir

de cet homme, et comment distinguer, par rapport à

Fougère même, les sentiments de l'un ou l'autre envers

elle, lui ou moi.

 

Est-ce que je sais qui je suis...

 

p 78

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 20:01

 

 

 

 

 

On ne peut pas tout de suite comprendre

des choses qui sont faites pour être comprises

indéfiniment.

p 246

 

Voilà la définition des choses que j'aime :

ce sont celles dont je ne parle pas, dont

j'ai envie de parler, et dont je n'arrive pas à parler.

p 252

 

Vous savez que ce qui me porte

ou me pousse, m'oblige à écrire,

c'est l'émotion que procure le mutisme

des choses qui nous entourent.

p 231

 

Mais nous devons, pour exprimer notre sensibilité au monde extérieur,

employer ces expressions qui sont souillées par un usage immémorial,

souillées et épaissies et rendues plus lourdes, plus graves, plus difficiles à manier.

p 281

 

 

et encore un p'tit coup de Blood Orange

c'est si cool...

 

 

.

.

Blood-Orange.jpg

.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 20:00

 

 

 

 

C'est ainsi qu'ils avaient commencé à flâner dans un Paris  fabuleux, se laissant conduire par les signes de la nuit.

p 29

 

Seules les illusions étaient capables d'entraîner leurs fidèles, les illusions et non les vérités.

p 58

 

Ecoute dit Oliveira. Tu sais très bien que le vertige m'a toujours empêché de m'élever dans l'échelle sociale. Au seul nom de l'Everest c'est comme si on me pinçait les couilles. Je déteste beaucoup de gens, crois moi, mais personne comme le sherpa Tensing.

p 256

 

J'aurais lu un livre libérateur ou je serais tombé amoureux d'une autre femme... Ces plis de la vie, tu comprends ces manifestations inattendues d'une chose qu'on ne soupçonnait même pas et qui soudain mettent tout en question.

p 284

 

Qu'est-ce en somme que cette histoire de découvrir un royaume millénaire, un éden, un autre monde ? [...]

C'est à dire un monde satisfaisant pour personnes raisonnables. Mais restera-t-il dans ce monde un être, un seul, qui ne sera pas raisonnable ? [...]

On peut tuer tout sauf la nostalgie du royaume, nous la portons dans la couleur de nos yeux, dans chaque amour, en tout ce qui, au plus profond de nous-mêmes, nous tourmente, et nous libère, et nous trompe.

p 395

 

Une aptitude instantanée à sortir de moi-même pour m'appréhender aussitôt du dehors, ou du dedans mais sur un autre plan, comme si j'étais quelqu'un qui me regarde

mieux encore - car en réalité je ne me vois pas : - comme quelqu'un qui serait en train de me vivre.

p 420

 

Ce que beaucoup de gens appellent aimer consiste à choisir une femme et à l'épouser. Comme si l'on pouvait choisir dans l'amour.

p 442

 

 

Haim.jpg

 

La musique est signée Haim, des soeurs (Danielle, Alana et Este)

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 16:57

 

 

 

 

Image.png

 

 

Lorsque enfin nous arrivâmes à Bonbon Palace, elle se mêla aux déménageurs à l'arrière du camion et ne cessa de courir d'un endroit à l'autre, tout excitée, avec son bout de jupe de la taille d'un kleenex, qui servait moins à vêtir qu'à exhiber son affreux gros cul.

p 196

 

 

Image02-copie-1.jpg

 

 

Elle était incomparablement plus séduisante qu'Ethel. De longues et jolies jambes, un teint lisse et clair, des dents comme des perles, des seins pétris selon les règles de la dialectique : sur un grand corps, de petits seins fermes pouvant tenir dans une paume.

p 214

 

 

Elle souffrait de la maladie incurable de ceux qui, dès leur plus jeune âge, réalisent combien leur enfance est merveilleuse et commencent leur vie en plaçant la barre très haut... A présent, tout ce que la vie pouvait lui offrir d'agréable et toutes les personnes qu'elle pourrait rencontrer étaient voués à rester en dessous de ce seuil et dans l'ombre de son grand-père. Or, ces gens n'avaient même pas conscience de cette incomplétude, et c'est bien là que résidait le problème : la perfection du bien. Ceux qui croyaient sans réserve à leur propre bonté étaient dans une situationb bien plus critique que les gens mauvais, parce qu'ils se considéraient comme parfaitement achevés.

p 230

 


Partager cet article
Repost0
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 16:44

 

 

 

Image1.gif

L'endroit le plus érotique d'un corps

n'est-il pas là où le vêrtement baille ?

Dans la perversion, c'est l'intermittence

comme l'a bien dit la psychanalyse, qui est érotique :

celle de la peau qui scintille entre deux pièces;

c'est ce scintillement même qui séduit, ou encore :

la mise en scène d'une apparition-disparition.

 

Roland Barthes - Le plaisir du texte p 19

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 19:35

 

 

 

 

 

L'inspecteur, celui qui a fouillé ma voiture à la recherche de fragments d'os, le mec qui avait vu tous ces gens se faire sectionner la tête par des vitres de portière à moitié ouvertes, il revient un jour pour me dire qu'il ne reste plus rien à trouver. Les oiseaux, les mouettes, peut-être aussi les pies. Ils avaient pénétré dans la voiture là où elle était garée, par la vitre cassée. Les pies ont mangé tout ce que l'inspecteur appelle les tissus mous devenus pièces à conviction. Les os, elles les ont probablement emportés.

- Vous savez, mademoiselle, pour les casser sur les rochers. Pour la moelle

Sur le bloc-notes, j'écris

ha, ha, ha.

 

p 61

 

 

Rien qu'à voir son laquage de cheveux, il y a un trou dans l'ozone au-dessus de l'Académie de Mannequins Taylor Roberts.

 

p 81

 

Saut à suivre jusqu'à Manu qui me regarde faire cette pub commerciale. Nous étions si beaux. Moi avec un visage. Lui pas aussi plein d'oestrogènes conjugués.

Je croyais que nous formions une vraie relation amoureuse. Si, c'est vrai. J'étais très investie dans l'amour, mais il s'agissait juste de ce truc de sexe long, long, qui pouvait s'arrêter à tout moment parce que, après tout, il ne s'agissait que de s'envoyer en l'air et de prendre son pied. Manu fermait ses yeux bleu foncé impérieux et tordait la tête, d'un côté puis de l'autre, un peu, si peu et déglutissait.

Et, Oui, je disait à Mans. J'ai joui exactement au même moment que lui.

Papotages sur l'oreiller.

Pratiquement tout le temps, vous vous dites que vous aimez quelqu'un alors que vous êtes simplement en train de vous servir de lui.

Ça ne ressemble qu'a ça l'amour.

 

P 228

 

Ce que tu fuis ne fait que rester en toi plus longtemps. Quand tu luttes contre une chose, tu ne fais que la rendre plus forte.

 

Brandy me dit "Fais les choses qui te font le plus peur."

p 258



Partager cet article
Repost0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 18:50

 

 

 

 

 

Les "Anges de la Désolation" est écrit de 1956 à 1961 à Desolation Peak où Kerouac

reste seul 63 jours comme vigie pour surveiller les feux de forêt.

 

 

"Bien loin au commencement du monde

était l'avertissement porté par le vent

que nous serions tous emportés comme fétus de paille."

p 94

 

 

"... mais aussi à la recherche de tout ça comme un mode de vie, c'est à dire une possibilité de voir le monde du point de vue de la solitude et de méditer sur le monde sans être imbroglié dans ses actions qui, à l'heure présente, sont d'une horreur et d'une abomination fameuses - Je voulais être un Homme du Tao, qui observe les nuages et laisse l'histoire faire rage au-dessous."

p 313

 

 

"Alors que faisons nous tous dans cette vie qui ressemble tant à un vide dénué de sens et qui pourtant nous prévient que nous allons mourir dans la souffrance, la décrépitude, la vieillesse, l'horreur - ? Hemingway disait que c'était une sale blague."

p 512

 

 

link

 

 

Tu connais bien ce qui nous fait mal Jack,

tu connais bien...

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 15:25

 

 

 

 

 

 

 

La mort du Feu


Les Oulhamr fuyaient dans la nuit épouvantable.

Fous de souffrance et de fatigue, tout leur semblait vain devant la calamité suprême :

le Feu était mort.

Ils l’élevaient dans trois cages, depuis l’origine de la horde ;

quatre femmes et deux guerriers le nourrissaient nuit et jour.

 

 

Dans la nuit des âges


Chaque jour, au déclin, les Oulhamr attendaient avec angoisse le départ du soleil.

Quand les étoiles seules demeuraient au firmament ou que la lune s’ensevelissait

dans les nuages, ils se sentaient étrangement débiles et misérables.

Tassés dans l’ombre d’une caverne ou sous le surplomb d’un roc, devant le froid

et les ténèbres, ils songeaient au Feu qui les nourrissait de sa chaleur et chassait

les bêtes redoutables.

 

 

 

Joseph Henri Boex (1856-1940) publie, sous le pseudonyme de J.-H. Rosny Aîné la Guerre du feu en 1911, inventant ainsi le roman préhistorique, ou, ce qu’il appelle lui-même, « le roman des âges farouches ».

 

 

Jean Jacques Anneau en fera un film

 

 

guerre-du-feu-1981-07-g.jpg

 

guerre-du-feu-1981-15-g.jpg

 

 

 

Rae Dawn Chong, actrice canadienne préta son corps comme Q'Orianka Kilcher

et Moon Bloodgood laissèrent le leur à la caméra de Terence Malik et de Marcus Nispel.

Partager cet article
Repost0