Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 15:49

 

"C'est cela dont j'ai toujours rêvé.

Il me semble que ma vie s'est arrêtée il y a longtemps, à l'avant de la pirogue

qui dérivait sur le lagon du Morne, quand Denis scrutait le fond,

à la recherche d'un poisson à harponner.

Tout cela, que je croyais disparu, oublié, le bruit, le regard de la mer fascinant

par ses gouffres, tout cela tourne en moi, sur le Zeta qui avance."

 

p 130 - Le chercheur d'or

 

Partager cet article
Repost0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 10:33

 

 

Dans les deux premiers tomes "A l'arrière des berlines" et "Le dieu chacal", Niklos affronte un terrible sorcier "Barrio Jésus " qui utilise la magie noire et Vaudou en faveur des représentants d'un gouvernement dont le pays n'est pas situé précisément en Afrique ou en Amérique du sud. On apprendra que Bario est originaire d'une île, là encore non située précisément, et qu'il tire une grande partie de ses motivations d'une ancienne histoire d'amour avec Laeticia Fendwik la femme du consul général sur l'île. Niklos, entre deux arcanne, papillonne avec l'épouse d'Akbar Sanche, la belle Théodora.

 

Koda001.jpg

 

 

Koda002.jpg

 

 

Le troisième tome "Inch Allah" nous emmène au Maroc ou sa patronne Mlle Ferrouz lui demande d'enquêter sur la mort de son frère Taki.

 

Koda003.jpg

 

 

Koda005.jpg

 

Les deux tomes suivants ont pour décor Prague. On fera connaissance de Sonia Dobrovna qui travaille pour Hali Mirvic dont on apprendra le lourd contentieux qui le lie à la famille de Niklos Koda et de Venlitina Souleva qui travaille pour les services secrets de la Russie et dont Niklos, dans sa jeunesse, a été follement amoureux. Ca nous rappelle un peu le premier mission impossible, mais sans plus.

 

 

Koda004.jpg

 

 

 

Grenson est au crayon link et Dufaux au stylo : link

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 20:58

 

C'est, paraît-il, Sun Tzun VIe siècle avant J.C. qui écrivit cette maxime.

Le type savait de quoi il parlait et sans doute aussi un peu, Colin Powell

en 2003 devant de Conseil de Sécurité de l'ONU, avec ses fameuses

armes de destructions massives qui n'existèrent que le temps de

leurrer l'opinion publique.

 

 

 

Colin-Powell.jpg

 

 

 

Depuis cet art de la guerre, ou du moins celui de la préparer,

nous est coutumier à tel point que cette rhétorique ressemble étrangement

au bruit que fait le cran de sécurité lorsque le tireur l'enlève et s'apprête

à presser la détente.

 

On l'a déjà entendu pour la guerre de Serbie et l'intervention de l'OTAN en 1995,

pour l'intervention en Libye en 2010 au prétexte de protection des civils

et sans doute l'entendons-nous déjà pour l'Iran.

 

Car malheureusement, cet art de la guerre s'accorde mal avec celui du droit

et souvent, ne reste-t-il que celui du plus fort qui fixe les règles, écrit l'histoire,

désigne les coupables.

 

Là encore, nous n'inventons rien, nous ne faisons que répéter nos anciens :

« Dans le monde des hommes, les arguments de droit n’ont de poids que dans la mesure où les adversaires en présence disposent de moyens équivalents et que, si tel n’est pas le cas, les plus forts tirent tout le parti possible de leur puissance tandis que les plus faibles n’ont qu’à s’incliner  ».

Thucydide

 

 

Lire la chronique d'Alain Gresh : link

L'article sur l'Iran : link

.

Partager cet article
Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 21:30

 

Il m'a dit : "Connaissez-vous la reine des îles ?"

Il a demandé cela en anglais, et j'ai répété : "La reine des îles ?"

"Oui monsieur, Agalega. On l'appelle ainsi parce qu'elle est la plus salubre

et la plus fertile de l'océan Indien."

 

p 144 - Le chercheur d'or

Partager cet article
Repost0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 21:09

 

 

 

 

Margaux est la fille de Philippe

qui possède le studio du Petit Mas

à Martigues où IAM a enregistré

ses premières maquettes.

C'est pour ça, allez savoir,

qu'Akhenaton s'est fait, pour elle,

le complice d'un titre.

 

 


 

Margaux-Simone01.jpg

 

 

 

Mais Leeloominaï Lekatariba Lamina-Tchaï Ekbat De Sebat, alias Leeloo

c'est aussi le cinquième élément.

 


 

Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 21:59

 

 

 

Marx01

 

 

"La taxation confiscatoire des revenus exorbitants est non seulement possible économiquement, mais souhaitable. En 1932, quand Roosevelt arrive au pouvoir, le taux de l’impôt fédéral sur le revenu applicable aux plus riches était de 25 % aux Etats-Unis. Le nouveau président décide de le porter immédiatement à 63 %, puis 79 % en 1936, 91 % en 1941, niveau qui s’appliqua jusqu’en 1964, avant d’être réduit à 77 %, puis 70 % en 1970. Pendant près de cinquante ans, des années 30 jusqu’en 1980, jamais le taux supérieur ne descendit au-dessous de 70 %, et il fut en moyenne de plus de 80 %".


Thomas Pinkety la suite ici link

 

Roosevelt, voilà au moins un type qui n'avait pas peur des riches.

En France, quand on parle de taxer les riches

on nous dit qu'ils vont foutre le camp et

qu'on va rester comme deux ronds de flan,

alors on taxe les pauvres avec la TVA sociale

parce que les pauvres, au moins on les a sous la main

et qui pourront pas bouger...

 

De Roosevelt, on se souvient aussi de sa femme Eléanor

personnalité progressiste que ce bon J. Edgar avait dans l'colimateur.

 

 

Eleanor_Roosevelt_in_school_portrait.gif

 

 

Et puis, d'après le wiki, elle aurait dit

 « L'avenir appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves. »

« The future belongs to those who believe in the beauty of their dreams. »

Et rien que pour ça, on l'aime...

Partager cet article
Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 17:01

 

Aime_Cesaire00.jpg

 

 

Extrait de discours sur le colonialisme

 

"Autrement dit, la négritude a été une révolte contre ce que j'appellerai le réductionnisme européen. Je veux parler de ce système de pensée ou plutôt de l'instinctive tendance d'une civilisation éminente et prestigieuse à abuser de son prestige même pour faire le vide autour d'elle en ramenant abusivement la notion d'universel, chère à Léopold Sédar Senghor, à ses propres dimensions, autrement dit à penser l'universel à partir de ses seuls postulats et à travers ses catégories propres. On voit et on n'a que trop vu les conséquences que cela entraîne : couper l'homme de l'humain, et l'isoler, en définitive, dans un orgueil suicidaire, sinon dans une forme rationnelle et scientifique de la barbarie."

 

Discours prononcé aux Etats-Unis le 26 février 1987

 

 

 

"Il y a des comportements, qui n'ont pas leur place dans notre pays, non pas parce qu'ils sont étrangers, mais parce que nous ne les jugeons pas conformes à notre vision du monde, à celle, en particulier de la dignité de la femme et de l'homme, a-t-il déclaré. Contrairement à ce que dit l'idéologie relativiste de gauche, pour nous, toutes les civilisations ne se valent pas. Celles qui défendent l'humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient. Celles qui défendent la liberté, l'égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique. En tout état de cause, nous devons protéger notre civilisation."

Claude Guéant, Colloque de l'UNI

 

 

Pour une mise en perspective argumentée voir : link

Ou ici : link

 

Ou bien Claude Levi-Strauss in 60 ans d'histoire de l'UNESCO 2005 link

 

"Diversité culturelle et diversité biologique ne sont donc pas seulement des phénomènes du
même type. Elles sont organiquement liées, et nous nous apercevons chaque jour davantage qu’àl’échelle humaine, le problème de la diversité culturelle reflète un problème beaucoup plus vaste et dont la solution est encore plus urgente, celui des rapports entre l’homme et les autres espèces vivantes, et qu’il ne servirait à rien de prétendre le résoudre sur le premier plan si l’on ne s’attaquait aussi à lui sur l’autre, tant il est vrai que le respect que nous souhaitons obtenir de chaque homme envers les cultures différentes de la sienne n’est qu’un cas particulier du respect qu’il devrait ressentir pour toutes les formes de la vie. En isolant l’homme du reste de la création, en définissant trop étroitement les limites qui l’en séparent, l’humanisme occidental hérité de l’Antiquité et de la Renaissance a permis que soient rejetées, hors des frontières arbitrairement tracées, des fractions chaque fois plus prochaines d’une humanité à laquelle on pouvait d’autant plus facilement refuser la même dignité qu’au reste, qu’on avait oublié que, si l’homme est respectable, c’est d’abord comme être vivant plutôt que comme seigneur et maître de la création : première reconnaissance qui l’eût contraint à faire preuve de respect envers tous les êtres vivants.
Ces vérités seraient d’évidence pour les peuples qu’étudient les ethnologues. On se félicite
donc que les organisations internationales, et au premier rang l’UNESCO, prêtent à leurs intérêts vitaux et à leur pensée philosophique de plus en plus d’attention.
Par de sages coutumes que nous aurions tort de regarder comme des superstitions, ces
peuples limitent la consommation par l’homme des autres espèces vivantes et lui en imposent le respect moral associé à des règles pour assurer leur conservation. Telles sont les leçons que les ethnologues ont apprises auprès d’eux en souhaitant qu’au moment où l’UNESCO les aide à rejoindre le concert des nations, elle les assiste aussi dans leur volonté de conserver ces principes intacts et qu’elle encourage d’autres à s’en inspirer."

 

Sûr que pour certains peuples, notre civilisation portée par un désir frénétique de consommation dont le gaspillage en est l'incarnation mortifère et la production de déchets la terrible anamnèse, ne saurait valoir la leur...

Mais, pour leur plus grand bonheur, leur civilisation ne sécrète pas de Claude Guéant.

 


Partager cet article
Repost0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 18:29

 

 

 

 

 

Elle est venue la nuit de plus loin que la nuit
A pas de vent de loup de fougère et de menthe
Voleuse de parfum impure fausse nuit
Fille aux cheveux d'écume issus de l'eau dormante


Après l'aube la nuit tisseuse de chansons
S'endort d'un songe lourd d'astres et de méduses
Et les jambes mêlées au fuseau des saisons
Veille sur le repos des étoiles confuses


Sa main laisse glisser les constellations
Le sable fabuleux des mondes solitaires
La poussière de Dieu et de sa création
La semence de feu qui féconde la terre


Mais elle vient la nuit de plus loin que la nuit
A pas de vent de mer de feu de loup de piège
Bergère sans troupeau glaneuse sans épis
Aveugle aux lèvres d'or qui marche sur la neige

Partager cet article
Repost0
12 février 2012 7 12 /02 /février /2012 18:07

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 22:54

 

 

 

 

 


Les yeux s'attirent les uns les autres,

mais en même temps ils se repoussent.
Toujours on désire regarder

le regard de l'autre,

mais tout face à face est une épreuve,
parfois on ne la supporte pas.
Les yeux provoquent une fascination

Plus qu'aucun autre sens,

la vue est traversée d'illusions.
Ses défaillances marqueraient

l'irruption en elle d'un désir

toujours déçu de voir
ce qui ne se voit pas.


Traverse n° 18 février 1980

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

Partager cet article
Repost0