Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 19:19

 

 

ENFIN LIBRE

 

 

 

  Salah-Hamouri001.jpg

Photo de l'humanité dimanche link

 

Site du comité de soutien link

Arrêt sur image  link

 Rue 89  link

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 22:18

Low

 

 

Une petite berceuse bien douillette

concoctée par le groupe de Duluth

charmante cité du Minnesota

situé en bordure du lac Supérieur.

Bon, c'est pas un post sur

la géo des States,

mais ça donne une idée

du terroir sur lequel le trio a planté ses racines.

Alan Sparhawk, Mimi Parker et Steve Carrington

n'ont pas forcément des poussées d'adrénaline

à chaque battement de paupières,

ils ont plutôt la guitare douce

comme d'autres ont l'alcool mauvais,

mais quand on veut essayer de dormir,

c'est pas plus mal...


 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 17:45

 

 

 

 

La jeune et séduisante actrice anglaise

entr'aperçue dans "Public enemies"

de Michael Mann, et révélée dans "Une éducation"

joue une jeune mère de famlille timide,

dans le dernier film de Nicolas Winding Refn,

dont la jolie frimousse parvient

à émouvoir le taciturne Ryan Gosling

c'est dire...

 

 


 

Carey-Mulligan01.jpg

 

Carey-Mulligan03.jpg

 

Carey-Mulligan02.jpg

 

carey-mulligan.jpg

 

 

carey-mulligan7.jpg

 

carey-mulligan10.jpg

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 20:54

 

 

 

 

Connue pour ses jambes, assurées dit-on pour 250 000 $,

qui firent allègrement phantasmer des cohortes entières

de GIs, elle reste la figure archétypale des pin up girls.

Mais d'autres photos nous feront oublier

les jambes de Betty et retrouver

la grâce insondable d'un visage

qu'on voudrait pour toujours

épargné par les rides du temps.

 

 

betty_grable-legs--7-.jpg

 

 

Betty-Grabble02.jpg

 

betty-grable.jpg

 

 

 

Tout cela nous éloigne un peu

de la version de la belle Cindy

que les aficionados peuvent

retrouver ici : link

Les Temptations nous avaient

offert un Time after time

assez sympa ici : link

Big Miles nous l'avait fait aussi

et ça, c'est inoubliable ici : link

Miles qui aurait dit :

"Pourquoi jouer tant de notes alors qu'il suffit de jouer les plus belles"

Et on remet ça

mais c'est déjà plus pareil ici : link

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 21:02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ainsi avec le temps, aimer devint une douleur

 

p 292 - Colloque entre Monos et Una

 

 

 

 

 

 

 

.


 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 21:13

 

Conduits par l'homme à la mèche,

Noelle Scaggs, John Wicks et Chris Seefried

nous rejouent les années soixantes, soixante-dix

façon gin fizz, et le cocktail des californiens

semble tenir la route.

Michael Fitzpatrick cultive la soul

comme d'autres la nostalgie,

mais sa musique est un brin

inventive et ça s'écoute

merveilleusement bien,

un peu comme les Supremes

des trucs qu'on aime

sans avoir besoin de se forcer.

 

 

 

 

 

Ah les Supremes sont là

 

 

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 21:02

 

 

 

 

 

Le chat noir

 

Cependant, aussi sûr que mon âme existe, je crois que la perversité est une des primitives implusions du coeur humain, - une des indivisibles premières facultés, ou sentiment, qui donnent la direction au caractère de l'homme.

 

C'est ce désir ardent, insondable de l'âme de se torturer elle-même - de violenter sa propre nature, - de faire le mal pour l'amour du mal seul, - qui me poussait à continuer, et finalement à consommer le suplice que j'avais infligé à la bête inoffensive.

 

p 17

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 21:03

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imaginez « ... un monde plein de vagabonds, leur sac sur le dos, des « dharma bums » refusant de se plier à la demande générale : de consommer ce qui est produit et de devoir travailler pour le privilège de consommer toute cette merde dont ils ne veulent pas de toute façon, des réfrigérateurs, des télés, des voitures, du moins des voitures dernier cri, des crèmes pour les cheveux et des déodorants, et toutes les saloperies que tu finis par retrouver à la poubelle une semaine plus tard, tous prisonniers dans un système de travail, production, consommation,   travail,   production, consommation. J'ai la vision d'une révolution des routards, des milliers ou même des millions de jeunes américains vagabondant leur sac au dos, grimpant dans les montagnes pour prier, faisant la joie des enfants et la fierté  des  aînés,  rendant  les jeunes filles heureuses et les vieilles filles encore plus heureuses, des allumés du Zen écrivant des poèmes qui semblent naître dans leurs cerveaux déréglés,  commettant  des  actes étranges et imprévisibles et répandant la vision d'une liberté éternelle pour tous les humains et toutes les créatures vivantes. »


 

« Les seules personnes qui comptent pour moi sont les fous, les fous de la vie, fous de la parole, qui veulent tout en même temps, ceux qui ne bâillent jamais et ne disent jamais de banalités, mais brûlent, brûlent comme des chandelles fabuleuses, explosent comme des araignées dans les étoiles et au centre surgit une lumière bleue et tout le monde dit « Wawww "...

 

 

 

Hey, mon vieux Jack,

t'sais qu'aujourd'hui les vagabonds

c'est pas très tendance

et les fous, c'est pas mieux.

Alors Jack,

surtout, reste bien là où t'es

parmi les étoiles sans nombre,

et si de temps en temps

il t'arrive de jeter un oeil sur nous,

pauvre de moi,

prie pour nous, Jack,

pour que la route

jamais ne se ferme...

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 20:19

 

 

Alors c'est l'week end

pourquoi pas l'passer avec

Abel Tesfaye un canadien d'Ethiopie

 

 

 

 

.

.

Cool, l'ambiance

.

.

 

.
.
Avec quelques airs de Moby
.
.
Partager cet article
Repost0
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 19:05

 

 

Nous sommes constitués comme des lieux de désir et de vulnérabilité physique, à la fois affirmatifs et vulnérables dans l’espace public. Je ne suis pas sûre de pouvoir dire à quel moment un deuil a été accompli ou à partir de quand un être humain a été suffisamment pleuré. Je suis cependant certaine que cela ne signifie pas que l’on ait oublié la personne ou qu’elle ait été remplacée. Je ne pense pas que les choses fonctionnent ainsi. Je pense plutôt que l’on est en deuil lorsque l’on accepte le fait que cette perte nous changera, peut-être pour toujours. Etre en deuil, c’est accepter de subir une transformation dont nous ne pouvons connaître le résultat à l’avance. Il y a donc la perte et l’effet transformateur de la perte, qu’on ne peut ni prévoir ni planifier. […] Si l’expérience que l’on subit peut sembler temporaire, il se pourrait qu’elle nous révèle en partie, manifestant le fait que les liens que nous avons avec les autres constituent un sentiment de soi et font de nous ce que nous sommes […]. Regardons les choses en face. Nous nous défaisons les uns les autres. Et si ce n’est pas le cas, nous manquons quelque chose. S’il semble évident que le deuil nous défait, c’est parce que c’était déjà le cas avec le désir. On ne reste pas toujours intact. Il se peut qu’on le reste ou qu’on veuille le rester, mais il est aussi possible qu’en dépit de nos efforts nous soyons défaits par l’autre, par le toucher, l’odorat, la sensation, la promesse du toucher, la mémoire de la sensation. Lorsque nous parlons de notre sexualité ou de notre genre, nous signifions là quelque chose de compliqué. Ce ne sont pas à proprement parler des modes de dépossession, des façons d’être pour un autre, voire même en fonction d’un autre. […] Une des manières possible de l’aborder est le concept d’extase. Dans l’histoire, telle qu’on la raconte, du mouvement de libération sexuelle au sens large, l’extase apparaît dans les années 1960 et 1970 et persiste jusqu’au milieu des années 1980. Peut-être l’extase a-t-elle en fait une réalité historique plus durable, peut-être a-t-elle été avec nous tout du long. Etre “ex-statique” signifie littéralement être en dehors de soi, ce qui peut avoir plusieurs significations : être transporté au-delà de soi par une passion, mais aussi être hors de soi, de colère ou de chagrin. Je pense que si je peux continuer à parler à la première personne du singulier et m’inclure dans ces termes, c’est parce que je parle à ceux d’entre nous qui vivent d’une certaine façon hors d’eux-mêmes, que ce soit dans la passion sexuelle, le deuil émotionnel ou la rage politique. »

 

 In Défaire le genre (Éditions Amsterdam, 2006).

Partager cet article
Repost0