Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 06:59

 

 

 

 

Un film de Roger Kumble

Avec Sarah Michelle Gellar la Merteuil, Ryan Phillippe dans le rôle de Valmont, Reese Witherspoon et Selma Blair que l'on retrouve dans Hellboy.

 

 

sexe-intentions-1999-961-1980721702.jpg

 

 

Le film manque un peu de densité surtout lorsque les sentiments de Valmont envers celle qui correspond à Mme de Tourvel changent, même si l'acteur Ryan Phillippe joue dans l'ensemble assez bien.

 

Le final est par contre à la hauteur avec la musique du groupe "The Verve" et l'on apprécie toujours autant le minoi de Sarah Michelle que tout le monde connait sous les traits de Buffy mais qui a aussi joué dans "Southland tales"de Richard Kelly, un film un peu abscon inspiré de P. K. Dick, pas étonnant donc.

 

Quant à Reese Witherspoon, elle n'a pas fait les choses à moitié puisqu'elle a épousé Ryan Phillippe avant d'en divorcer, une fille méthodique donc.

 


 

Cruel-Intentions-1998-1.jpg

 

Cruel-Intentions-1998-8

 

 

Comme un petit air de Hayden Christensen, non ?

 

hayden-christensen-10.jpg

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 17:58

 

 

 

 

 

GUSTAVE FLAUBERT écrit dans une lettre datée du 12 juin 1867

à sa grande amie George Sand :


« Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s'étaient établis à Rouen. - Voilà la troisième fois que j'en vois. - Et toujours avec un nouveau plaisir.

L'admirable, c'est qu'ils excitaient la Haine des bourgeois, bien qu'inoffensifs comme des moutons. Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sols. - Et j'ai entendu de jolis mots à la Prud'homme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d'ordre.

C'est la haine que l'on porte au Bédouin, à l'Hérétique, au Philosophe, au solitaire, au poète. - Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m'exaspère »

 

Flaubert, « Correspondance », Gallimard, édition de la Pléiade t III p 653-654

 

Paru dans le Canard Enchaîné


Partager cet article
Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 07:46

 

 

 

 

Des décors rafinés servis par une photo impeccable, des commédiens top ten (Liam Neeson, Amanda Seyfried et surtout Julianne Moore), une musiquer qui colle à certaines scènes et qui parvient à les transfigurer, mais il manque quand même un petit quelque chose qui rendrait le film envoutant. Quelque chose comme une épaisseur qui permettrait au spectateur de creuser dans ses propres images plutôt que de rester collé à celle du maître.

 

Faut-il le dire le film est un remake de "Nathalie" d'Anne Fontaine


 

chloe2.jpg


 

Bon c'est pas forcément le moment mais l'occas fait le larron. Julianne Moore était déjà sublime dans "The hours" un film magnifique de Stephen Daldry et peut être qu'il y a chez elle un côté Odalisque qui plairait à Ingre.


 

Julianne-Moore.jpg

 

 

L'autre belle, à peine sortie de Jennifer's body

 

 

amanda-seyfried01.jpg

 

AmandaSeyfried_StewartShining_03.jpg

 

link

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 08:14

 

 

 

Marx01

 

 

 


Cette réforme est indispensable :
Il y aura de plus en plus de
retraités par rapport aux actifs !


Ce qui compte pour financer les retraites, ce n’est pas
le nombre d’actifs, c’est la richesse produite par chacun
d’eux . L’argent supplémentaire gagné grâce à l’augmentation
de la productivité (+ 2,2 % par an en moyenne
ces trente dernières années) peut contribuer à financer
des pensions de retraite plus nombreuses, et non à engraisser
les actionnaires comme c’est le cas. Au début des
années 80, les dividendes versés par les entreprises représentaient
4,4% de la masse salariale, aujourd’hui, ils
représentent 13%.

 

 

Cette réforme est indispensable :
Le pays est extrêmement endetté


Il n'y a eu jamais autant de richesse en France, et en Europe.
Mais la répartition de ces richesse à évolué.
En 20 ans la part des salaires dans le PIB a baissé de près
de 10 points. Cette somme correspond à une somme annuelle
de 120 à 170 milliards d’euros, soit, au minimum, 11
fois la valeur du montant du déficit des retraites. Or, de
meilleurs salaires fournissent des cotisations retraite plus
généreuses
Par ailleurs, : le système de la dette publique est une
"magnifique" machine à pomper le fric des contribuables
pour le distribuer aux investisseurs financiers.
En 1976 en France, le ministre Raymond Barre prend une
décision historique : il décide délibérément de céder son
droit régalien de création monétaire aux banques privées.
Ceci sans le moindre débat public.
Alors que l’état devrait pouvoir émettre sa monnaie gratuitement,
il doit « l’emprunter » sur les marchés financiers
aux prix de l’intérêt. En conséquence il n’y a jamais assez
d’argent dans la communauté pour rembourser capital et
intérêt. Il ne reste plus qu’à emprunter à nouveau un peu plus.
Si en 1980 l’état avait récupéré son droit de création monétaire,
avec les mêmes dépenses publiques, la dette serait
inexistante aujourd'hui.
Les difficultés financières de l’État ne viennent pas du
tout de sa mauvaise gestion, mais de sa pauvreté artificiellement
programmée à travers un système bancaire
injuste, un privilège de type féodal : le droit par les
banques privées de créer la monnaie et de prélever un
intérêt sur cette monnaie neuve, et l’obligation pour
l’État de s’endetter auprès des acteurs privés pour financer
les besoins publics.

 

 

Pour plus d'explication : http://local.attac.org/lehavre/spip.php?article99

 

Radio Paris reste célèbre dans l'histoire pour l'important rôle de propagande que lui a fait jouer l'occupant nazi pendant la Seconde Guerre mondiale. Les opposants écoutaient donc plutôt la BBC. C'est cette collaboration qui a popularisé la ritournelle « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand » sur l'air de la Cucaracha diffusée sur les émissions françaises de la BBC 

 


Partager cet article
Repost0
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 17:47

 

 

 

On dirait du Rohmer, genre Pauline à la plage

ou un autre peut être conte d'été,

en tout cas un de ces films où quelqu'un

aime quelqu'un qui en aime un autre.

Car ici aussi, il s'agit d'amour et

de non dit, d'un amour, ou de sa possibilité

et de mots qu'on échange dans une conversation

de pièges que l'on se tend

dans une intimité qui perrmet

la confidence, l'échange

entre des êtres qui jouent

et qui cherchent à travers les mots

à éclaicir ce qu'ils vivent.

 

 


 
Sa femme me fut très sympathique: c'était une gamine qui me dit gentiment de l'appeler Clelia et qui nous laissa seuls le temps qu'il fallait, mais, le soir, lorsqu'elle reparut devant nous pour sortir en notre compagnie, elle était devenue une femme ravissante dont, si
j'avais été un autre, j'aurais baisé la main.

 

p 33


Pavese note dans son journal, le 8 octobre 1948, que les prénoms de femmes haïes commencent par E, celles courtisées et intangibles par C. : Elena, Elvira; Concia, Cate ".
Sous peu, le romancier allait rencontrer Constance Dowling.

 

 

constance-Dowling-et-Pavese.jpg

 

 

On parle avec une étrange prudence quand on  est à demi nu  : les mots n'ont plus le même son  que d'habitude, parfois on se tait et il semble que  le silence lui-même libère des paroles ambiguës.
Clelia avait une façon extatique de jouir du soleil, étendue sur les rochers
, de se fondre avec ceux-ci et de s'aplatir contre le ciel, répondant à peine d'un chuchotement, d'un soupir ou d'un geste brusque du genou ou du coude aux brèves paroles de la personne qui était à côté d'elle. Je m'aperçus bientôt que, lorsqu'elle était étendue ainsi, Clelia n'écoutait vraiment rien. Doro, qui le savait, ne lui parlait jamais. Il restait assis sur sa serviette, mains croisées sur ses genoux, sombre et inquiet; il ne s'étendait pas comme Clelia; et si, parfois, il essayait de le faire, au bout de quelques minutes on le voyait se tortiller, se retourner et se mettre sur le ventre, ou se rasseoir comme précédemment.

Mais on n'était jamais seuls. La plage tout entière grouillait et causait ~ c'est pour cela que Clelia préférait au sable de tout le monde les rochers, la pierre dure et glissante. Lorsqu'elle se relevait, secouant ses cheveux, abrutie de soleil et riant,
elle nous demandait de quoi nous avions parlé et regardait qui était là
. Il Y avait des amies, il y avait Guido, il y avait toute la bande. L'un sortait alors de l'eau. Un autre y entrait prudemment. Guido, dans son peignoir en tissu éponge blanc, arrivait
avec des connaissances toujours nouvelles, qu'il congédiait au pied du parasol. Et puis, il grimpait sur le rocher et blaguait Cie lia, mais il n'entrait jamais dans la mer.

 

P 109

 

« … Il faut comprendre la vie, dit-il encore, en clignant de l’œil avec une expression gênée. La comprendre quand on est jeune. »

 

P 117

 

-     Pourquoi lui racontes-tu cela ? dit Doro. Pour supporter les souvenirs d’enfance d’un autre, il faut en être amoureux.

-       Mais il m’aime », dit Clelia.

 

P 139

 

Il n'y avait que quelques jours que j'étais à la mer et j'avais l'impression qu'il y avait un siècle. Pourtant, il ne s'était rien passé. Mais la nuit, quand je
rentrais, j'avais le sentiment que toute la journée écoulée - la banale journée de plage - attendait de ma part je ne sais quel effort d'élucidation pour que je puisse m 'y reconnaître.

 

P 171

 

Après le dîner, Guido nous rejoignit à la villa avec un certain air de fête, nous amenant Ginetta dans son auto. Pendant que Doro et Guido parIaient de choses de leur travail, moi j'écoutais CIelia et Ginetta et je repensais à cette saillie de Doro
quand nous descendions de la montagne: que la caractéristique de quelqu'un qui se marie, c'est de vivre avec plus d'une femme. MaisGinetta était-elle une femme? Son sourire boudeur et le côté envahissant de certaines de ses opinions en fai-
saient plutôt un adolescent sans sexe. Je comprenais de moins en moins comment Clelia avait pu, étant jeune fille, ressembler à cette Ginetta. Il y avait chez celle-ci une gaminerie réservée
, retenue, mais qui, parfois, lui libérait 1 tout le corps.
Ce n'était certainement pas elle qui se serait confessée à ses amis, et pourtant
, quand on la regardait parler, on avait le sentiment que rien ne restait caché en elle. Les yeux gris qu'elle ouvrait sans ostentation avaient une clarté aérienne.

 

P 173

 

- Mais toutes les années sont idiotes. C’est une fois qu’elles sont passées

qu’elles deviennent intéressantes.

 

P 199

 

« … Professore, me dit-il après un bref silence, il suffit de faire de la nuit le jour.

Tout devient beau. »

 

P 223

 

 

Improbable rapprochement, Bea Szenfeld prensete  une expo intitulée "Sur la plage"

Bea Szenfeld est une designer textile née en 1972 en Pologne. Depuis 1982 elle vit en Suède et réside actuellement à Stockholm. Ses créations haute couture sont issues de vêtements seconde main et de tissus récupérés lors de braderies.

 

Bea_Szenfeld-Sur_la_Plage_7_low-565x798.jpg

 

Bea_Szenfeld-Sur_la_Plage_10.jpg

 

Bea_Szenfeld-Sur_la_Plage_8_low-565x798.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 18:41

 

 

 

Marx01

 

 


"L'histoire des hommes est l'histoire des exploités,

l'histoire d'une longue gueuserie imposée et subie."


p 136 - La philosophie de Kant à Husserl - Max Stirner - W. Bannour

 

 

Manifestation04.jpg

 




 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 19:49

 

   

Ecrire, c'était rêver.

 

J.M.G. Le Clézio - Onitsha  p 31

 

 

Bateau_Lavoir.jpg

 

 

Dis-moi ton nom

je te dirai qui tu suis: link

 

Suivez la trace: Trace : opus 4

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 19:08

 

 

sintra01.jpg

 

sintra09

 

sintra02.jpg

 

sintra011.jpg

 

sintra012.jpg

 

sintra07.jpg

 

sintra08.jpg

 

sintra04.jpg

 

sintra06.jpg

 

sintra010.jpg

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 15:42

 

 

Marx01

 

 

"Le grand ressort du gouvernement des hommes
n'est plus aujourd'hui le commandement direct
des puissants, ni même le travail de persuasion
idéologique des détenteurs de la parole légitime,
c'est bien davantage ce que Michel Foucault
appelait la «conduite des conduites », soit
une manière oblique et indirecte de guider
le comportement des individus en les mettant
dans des situations où leur intérêt personnel

est sollicité pour les orienter vers des choix
supposés- libres». Non seulement ce type de
pouvoir qui modèle les conditions de l'action
fait agir selon la norme, mais il conduit chacun
en agissant à renforcer les conditions mêmes
qui le contraignent."

 

"C'est précisément cette façon de «discipliner»
les individus par leur mise en concurrence que
doit déjouer aujourd'hui la lutte. En d'autres
termes, son objectif doit être d'enrayer et de
bloquer pratiquement la logique disciplinaire

qui fait de chacun l'ennemi de son collègue
et de son voisin, et partant, qui fait de chacun
son propre ennemi."

 

Pierre Dardot et Christian Laval tiré de L'Humanité Dimanche octobre 2010


 

Manifestation02.jpg

 

Manifestation3.jpg

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 13:44

 

Un film de Sofia Coppola tiré du roman de Jeffrey Eugenides.

 

Virgin-suicides.jpg

 

 

Avec la Kirsten Dunst "d'entretien avec un vampire" de Neil Jordan ou la Marie Jane du spider ou encore la Marie Antoinette pour le film du même nom de la même sofia,

et Josh Hartnett qui joue dans "le dahlia noir", "Sin city" et "Pearl harbor".

On ne dira rien sur K.D., on ajoutera, juste, que Josh

est un Trip Fontaine d'anthologie.


 

Trip-Fontaine01.jpg


VirginSuicides03.jpg

 

 

Un film qui parle de l'adolescence dans une certaine Amérique

comme les américains aiment les faire, pas à la façon de Larry Clark (Ken park)

ou celle de Guss Van Sant (elephant) un film d'effleurement

parfois drôle tout en laissant sa place à l'émotion.

Le film s'achève sans que ne soit résolu le mystère :

"Pourquoi les filles Lisbon se sont-elles suicidées ?"

Mais, comme souvent, la question a plus d'importance

que la réponse.

 

Évidemment, il y a la musique du groupe "Air" un groupe français

qui va collaborer avec Sofia pour la musique de ses autres films


 

 

 

Sur film de culte link

Partager cet article
Repost0