Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 09:43

 

 

 

 

 

 

Stefan-Zweig.jpg

 

 

La nostalgie, comme soufrance liée au passé,

à une patrie perdue...

 

... s'affirme aussi, comme une tendance profonde de sa personnalité, un goût irrépressible

pour les vaincus, pour les victimes de l'existence :

 

Gérard Rudent et Brigitte Vergne-Cain

 

Ô enfance, étroite prison [...]

Et pourtant avec le souvenir vient souvent le regret :

 

 

Conte crépusculaire

 

Un amour presque sans désir, mais tout puissant cependant.

p 68

 

L'amour n'a peut-être pas de plus suaves moments que ces rêveries pâles et crépusculaires.

p 71

 

Brûlant secret

 

Il avait perdu toute impatience en face de la vie, depuis qu'il savait
combien elle était riche. Il lui semblait qu'aujourd'hui pour la première
fois, les choses s'étaient montrées à lui dans leur nudité - non plus
enveloppées des mille mensonges de l'enfance, mais dans toute leur
beauté inconcevable et dangereuse. Il n'avait jamais pensé que ses jours
pussent être si remplis, si pleins de changements, de souffrances et de
joies multiples; il était heureux en songeant qu'il avait encore devant lui
une multitude de jours semblables, que toute une existence l'attendait
pour lui dévoiler ses surprises. Il avait à présent une première idée de la
v
ariété de l'existence. Il croyait pour la première fois avoir compris la
nature des hommes et que ceux-ci avaient besoin les uns des autres,
même quand ils paraissaient être séparés par l'inimitié; il avait compris
la douceur d'être aimé d'eux

p 145

 

 

une dernière fois le livre de sa jeunesse ouvrit devant lui ses pages

pleines de séduction, puis l'enfant s'endormit et alors commença

le rêve profond de sa vie.

p 146

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 20:39

 

 

.
.
.
Lorsque Pedro Alvares Cabral, né à Belmonte vers 1468 et mort à Santarem en 1520
découvrit le Brésil savait-il, ce bon Pedro, qu'il allait, pour les siècles et les siècles,
condamner les hommes aux affres et aux tourments,
en les livrant aux langueurs de la Bossa...
Mais Eliane Elias n'est pas seulement une superbe interprète
du style de musique popularisé par Vinicius de Moraes,
elle prouve dans son disque de reprises en hommage à Chet Baker
qu'elle est bien plus que ça...
.
.

.
.

Eliane-Elias-9.jpg
Partager cet article
Repost0
10 juin 2013 1 10 /06 /juin /2013 19:00

 

 

Olga Pasichnyk soprano ukrainienne

chante un air de Natalia Kourakina 1766-1831

dans un disque au titre évocateur "salon de femmes"

 

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 19:32

 

 

 

 

 

 

Vesuve06--2-.jpg

 

Vesuve01--2-.jpg

 

Vesuve08-bis.jpg

 

Vesuve02--2-.jpg

 

Vesuve04--2-.jpg

Partager cet article
Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 18:58

 

 

 

 

 

 

Cover-Flavia-coelho-Bossa-M1.jpg

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 16:02

 

 

 

 

 

On m'oubliera bientôt, on oubliera mon nom,

Car mon nom était fait pour la vie

 

Le laveur de morts

poème chanté à Isabelle Eberhardt, sous la tente,

au cours d'un voyage en 1903 entre Aflou et Taguine,

par le cavalier Mohamed Ould Abdel Kader Ben Ziane

 

 

" En cet instant, comme
d’ailleurs à toute heure de ma vie, je n’ai qu’un désir:

revêtir le plus vite possible la personnalité aimée qui,

en réalité est la vraie, et retourner là-bas,

en Afrique, reprendre cette vie-là...

Dormir dans la fraîcheur et le silence profonds,

sous l’écroulement vertigineux des étoiles [...]

Ainsi, nomade et sans autre patrie
que l’Islam; sans famille et sans confidents,

seul, seul pour jamais dans la solitude altière et
sombrement douce de mon âme,

je continuerai mon chemin à travers la vie,

jusqu’à ce que sonne l’heure

du grand sommeil éternel du tombeau..."

 


«Nomade j’étais, quand toute petite je rêvais en regardant les routes,
nomade je resterais toute ma vie, amoureuse des horizons changeants, des lointains encore inexplorés.»

 

 «Il n’y a qu’une chose qui puisse m’aider
à passer les quelques années de vie terrestre qui me sont destinées :
c’est le travail littéraire, cette vie factice qui a son charme et
qui a cet énorme avantage de laisser presque entièrement le champ libre à notre volonté.»



«C’était l’heure élue, l’heure merveilleuse au pays d’Afrique,
quand le grand soleil de feu va disparaître enfin,
 laissant reposer la terre dans l’ombre bleue de la nuit.»

 

«Je ne suis qu'une originale,
une rêveuse qui veut vivre loin du monde,
vivre de la vie libre et nomade,
pour essayer ensuite de dire ce qu'elle a vu
et peut-être de communiquer à quelques uns
le frisson mélancolique et charmé
qu'elle ressent en face des splendeurs tristes du Sahara.»

 

Une page sur I.E. : link

 

Partager cet article
Repost0
4 mai 2013 6 04 /05 /mai /2013 14:55

 

 

Daughter - Still

 

 

"jamais ma situation n'aura de mesure commune

avec ceux dont la vie est détruite avant vingt ans

par le travail, et qui n'ont, faute du luxe de la culture,

tous ces refuges dans l'esthétisme, dans l'art,

dans toutes ces nourritures pour ceux qui ont le temps."

 

 

Bernard-Marie-Koltes.jpg

 

 

Né à Metz le 9 avril 1948 et mort le 15 avril 1989

 

Un dossier sur remue.net : link

Les éditions de Minuit : link

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 21:04

 

 

 

 

PJ Harvey "Silence"

 

 

Nous voulons des livres, des films qui agissent sur nous

comme des corps, mille fois mieux que des corps, comme des corps vivants

qui nous font souffrir, des films qui soient comme la perte de quelqu'un

qui serait plus que nous-mêmes  

 

 

un article sur le livre : link

ici aussi : link

Partager cet article
Repost0
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 20:10

 

 

 

 

 

PJ Harvey "On Battleship Hill"

 

 

Du grand soleil de midi qui flamboie sur les mers et les îles du Pacifique
à la nuit qui s'étend sur les terres jaunes et les grands fleuves de Chine,
ainsi se déroule l'œuvre de Segalen. Non pas dans un sens linéaire.
J'ai longtemps pensé qu'on pouvait établir comme des étapes
dans ce long cheminement spirituel du poète : il serait passé du stade sensuel
au stade esthétique et pour finir au stade « mystique ».
Au fond, c'était par trop schématique. Toutes ces étapes se confondent.
C'est simultanément qu'il se sent attiré par la sensualité la plus physique
et appelé à décrire combien le monde est beau.
Mais la beauté du monde ne doit pas faire illusion,
ou plutôt l'illusion fait partie de la beauté du monde.
C'est dire que derrière l'illusion réside une réalité suprême
ou des secrets décisifs qu'il faut savoir conquérir. »

H. BOUILLIER, Victor Segalen, Mercure de France,

Partager cet article
Repost0
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 18:46

Boy

 

 

 

 

 

 

Pourquoi s'appeler "Boy" lorsqu'on est des filles ?

C'est un peu le genre de question comme :

"Etre ou ne pas être ?"

on la pose mais on se fout de la réponse...

Mais des questions,

Valeska Steiner et Sonja Glass

n'en ont cure car personne

ne demande laquelle est suisse

laquelle est allemande

ni même quelle est la blonde

quelle est la brune ?


 

BOY-valeska-steiner-und-sonja-glass.jpg

Partager cet article
Repost0