Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 15:52

 

 

 

MYTHOLOGIE

 

Tu nages bleu dans cette nuit
Fantôme ébloui de lenteur
Ange profond voleur d'abîme
J'ai cru te prendre sur le fait
Mais je ne t'aurai pas vivant
Je m'userai contre un mirage

Un feu sans flamme pourtant vrai

 

 

 

  Un barbare en Asie - Henri Michaux

.

Partager cet article
Repost0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 09:33

 

 

Pluto s'essuya les mains et la figure et posa l'écorce  près de lui. Il aurait bien voulu faire de l'œil à Griselda et lui poser la main sur le genou. Au bout d'une ou deux minutes, il trouva moyen de cligner ses deux graines de pastèque, mais il eut beau faire, il ne put réussir à la toucher. La pensée de lui mettre la main sur les genoux, et peut-être de lui glisser deux doigts entre les cuisses, lui enflammait le visage et le cou. 

P 46

 

Tout le jour, le silence régnait autour de l'usine aux murs habillés de lierre. Les machines ne ronflaient pas si fort quand c'étaient des femmes qui les actionnaient. Les hommes faisaient bourdonner l'usine quand ils y travaillaient. Mais, le soir venu, les portes s'ouvraient toutes grandes, et les femmes sortaient avec de grands éclats de rire. Une fois dans la rue, elles retournaient en courant presser leurs corps contre les murs habillés de lierre qu'elles touchaient de leurs lèvres. Les hommes, qui tout le
jour étaient restés là sans rien faire, les entraînaient jusque chez elles et là, les battaient sans merci pour les punir de leur infidélité.

Will sursauta quand il revint à lui et regarda Pluto, Rosamond et Darling Jill. Il s'était absenté, et, maintenant qu'il était de retour, il se trouvait

p 94

 

 

tout étonné de les voir ici. Il se frotta les yeux et se demanda s'il avait dormi. Il savait bien que non, cependant, car son assiette était vide. Elle était là, dans ses mains, lourde et dure.

- Nom de Dieu! murmura-t-il.

Il se rappelait le temps où l'usine, en bas, marchait jour et nuit. Les hommes qui travaillaient dans l'usine avaient l'air fatigués, épuisés, mais les femmes étaient amoureuses des métiers, des broches, de la bourre volante. Les femmes aux yeux fous, dans l'enceinte des murs habillés de lierre, ressemblaient à des plantes en pots toutes fleuries.

Les cités ouvrières s'étendaient d'un bout à l'autre de la vallée, et les filatures aux murs habillés de lierre et les filles aux chairs fermes et aux yeux de volubilis; et les hommes, dans les rues chaudes, se regardaient les uns les autres, crachant leurs poumons dans
l'épaisse poussière jaune de la Caroline. Il savait qu'il ne pourrait jamais se détacher des usines aux lumières bleues, lâ nuit, des hommes aux lèvres sanglantes dans les rues, de l'animation des cités ouvrières. Rien ne pourrait l'en faire partir. Peut-être s'absenterait-il un certain temps, mais il serait malheureux et n'aurait point
'de paix qu'il ne fût revenu. Il lui fallait rester là et aider ses amis à trouver quelque moyen de gagner leur vie. Les rues des usines ne pouvaient exister sans lui. Il lui fallait rester là, y marcher, regarder le soleil se coucher, le soir, sur les murs de l'usine et s'y lever le matin.
Dans les rues des usines, dans les villes de la vallée, les seins des femmes se dressaient, fermes et droits. Les toiles qu'elles tissaient, sous la lumière bleue,
recouvraient leurs corps, mais, sous le vêtement, le mouvement  des seins dressés ressemblait au mouvement des mains inquiètes. Dans les villes de la vallée, la beauté mendiait, et la faim des hommes forts ressemblait aux gémissements de femmes battues.

p 95

 

 

 

Le livre sera mis en images par Anthony Mann en 1958 avec Robert Ryan dans le rôle de Ty Walden, Fay Spain dans celui de Darling Jill et Tina Louise dans celui de Griselda Walden.


 

Le-petit-arpent-du-bon-Dieu01.jpg

 

le_petit_arpent_du_bon_dieu02.jpg

 

 

 

petit-arpent-du-bon-dieu-04-g.jpg

 

 

Tina-Louise.jpg

Partager cet article
Repost0
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 09:13

 

 

 

 

 

 

 

Le duo mancusien constitué de Jules de Martino et Katie White forme le groupe indie pop "The Ting Tings" au nom étrange à consonnance chinoise. Leur musique est assez sympathique en témoigne ces deux morceaux aux intros réussies.

 

 

the-ting-tings01.jpg

 

 

the-ting-tings02.jpg

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 10:05

 

L-autre-monde02.jpg

 

 

 

Passée la séquence d'ouverture dans le monde virtuel, ça commence un peu comme un film de Rohmer, genre Pauline à la plage, pas parce qu'il y a Melvil Poupaud, non, mais c'est vrai que Pauline Etienne ressemble à Amanda Langlet et puis il y a les prénoms rohmériens Gaspard et Marion.

Avec une belle séquence où Gaspard ramène Marion sur son vélo le début du film nous immerge dans une ambiance paisible sur fond de flirt d'adolescence on est en été dans le sud de la France et c'est assez plaisant.

Quant à l'autre monde, il s'agit de Black Hole, un univers virtuel en réseau où les identités sont troubles voire fausses.

Le film emprunte plusieurs thématiques (les jeux en réseau, le suicide) et traverse plusieurs univers (polar, suspence, Hicthcock, Lynch) sans convaincre totalement. Si Leprince-Ringuet et Pauline Etienne sont très convaiquants le personnage de Vincent manque de consistance. Quel est son véritable rôle dans le drame, quels rapports entretient-il avec sa soeur ?

 

Grégoire Leprince-Ringuet : Gaspard

Louise Bourgoin : Audrey

Melvil Poupaud : Vincent

Pauline Etienne : Marion

 

 

 

L-autre-monde01.jpg

 


Partager cet article
Repost0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 21:45

.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Partager cet article
Repost0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 19:31

 

 

 

Avant d'être mis en image par les studio JOTIM, la Compagnie des glaces est une série de romans de SF (98 épisodes) de G-J Arnaud.

 

Des infos sur JOTIM : link

 

 

Compagnie-des-glaces01.jpg

 

 

Voilà le décor est planté, y'a qu'à laisser rouler.

 

Les personnages :


Lien Rag, glaciologue

Yeuse Semper, danseuse

Floa Sadon Fille du gouverneur de la province 17 et héritière par sa mère des actions de la Compagnie Transeuropéenne, elle est taxée de nymphomane perverse.

Lieutenant Skoll, un demi roux qui cherche la trace du loup rouge.

Harl Mern, directeur du zoo qui étudiait les Roux, il a lu Libzicn "superstition et croyance". Il est convaincu de l'humanité du peuple Roux.

Kurts, un pirate demi roux

Frère Pierre,un moine fanatique qui cherche à effacer les traces de la civilisation Roux

Pietr et Lena Hansen un exploitant forestier dont la femme sera violée et l'exploitation dévastée par une bande de chasseurs de Roux.

Target un chasseur de Roux sans pitié.

Jdrou une Roux dont Lien va tomber amourreux et dont il aura un fils.

Jdrien leur fils.

 

Le sujet est intéressant mais la mise en récit est décevante, les septs album du cycle ne forment pas un tout cohérent, en particulier le première thématique bâtie sur "le loup rouge" est abandonnée. De même certains personnages qui ouvrent pourtant des possibles dans le récit (Kurts et le thème de la révolte armée) sont délaissés et traités entre parenthèses alors que le fond de l'histoire est construit sur une reprise des questions qui ont hanté les occidentaux lorsqu'ils ont découvert l'Amérique, les "sauvages" sont-ils des êtres huimains ?



 

 

 

Compagnie-des-glaces04.jpg

  Compagnie des glaces002

Compagnie-des-glaces005.jpg

 

Compagnie-des-glaces007.jpg

Partager cet article
Repost0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 17:26

 

Riches-et-pauvres.jpg

 

 

7,8 millions de personnes vivent avec moins de 949 euros par mois

mais 6 200 avec plus de 61 000 euros.


 

En 1780, un espèce de visionnaire avait pourtant prévenu tout le monde en écrivant un "plan de législation criminelle" où il déclarait :

 

"D'ailleurs, lorsqu'on n'a pris aucune mesure pour
prévenir l'augmentation des fortunes particulières, par le libre
cours laissé à l'ambition, à l'industrie, aux talents, une partie des
sujets s'enrichit toujours aux dépens de l'autre, et par l'impuissance
de disposer de ses biens en faveur des étrangers qu'au défaut
d' héritiers naturels, les richesses doivent bientôt s' accumuler
dans un petit nombre de familles."

 

Il allait même plus loin, cédant à ce délire propre aux rêves, qui s'apparente aux visions que procure la Merscaline tirée du peyote il ajoutait :

 

"Le droit de posséder découle de celui de vivre: ainsi, tout ce qui est indispensable
à notre existence est à nous, et rien de superflu ne saurait nous appartenir légitimement, tandis que d'autres manquent du nécessaire."

 

Un fou et dangereux en plus.

Heureusement, une certaine Charlotte Corday sut mettre fin à cette ignominie et tout put rentrer dans l'ordre des choses.

 

 

Les extraits des textes sont issus de Marat, Textes choisis -. introduction et notes de
Michel vovelle. Éditions sociales (1975)

 


Partager cet article
Repost0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 09:55

 

It-s-a-free-world.jpg

 

 

Ken Loach exemplifie ce que devient le jeu de "la concurrence libre et non faussée" lorsqu'elle s'applique aux travailleurs une fois les frontières ouvertes et les dernières barrières du code du travail passées aux oubliettes. A l'époque du vote sur le traité constitutionnel européen en 2005, auquel la France avait dit non par referendum, on avait beaucoup parlé de cet ouvrier polonais qui pourrait venir travailler en France tout en échappant au code du travail français. Ca s'appelle le "libéralisme" qu'elle joli nom pour un principe aussi destructeur lorsqu'il est au service du capital comme dirait Marx.

Mais si le libéralisme économique détruit les organisations sociales aussi vite que le roundup la mauvaise herbe(1), Ken Loache montre aussi les bouleversements qu'il opére sur les individus lorsque, pris au jeu, mais ont-ils le choix de ne pas jouer, ceux-ci plutôt que de faire l'agneau décident de devenir loup, et c'est bien connu l'homme est un loup pour l'homme même lorsqu'il est une femme.

 

 

 

Kierston-Wareing02.jpg

 

 

Kierston Wareing endosse à merveille le rôle de cet "entrepreneur" négrier des temps modernes, qui sait qu'il doit faire le deuil de "ses bons sentiments" car le libéralisme est un monde de killers où la compassion n'a pas cours.

 

"It's a free world" est un peu dans la même veine que le film de Laurent Cantet "ressources humaines" ou que celui de Philippe Lioret "Welcome".

 

 

 

 

(1) un site sur Monsanto : link

Partager cet article
Repost0
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 08:42

 

Repiqué sur le Café Pédagogique : link


En partenariat avec 17 musées du monde entier, Google a lancé son Art Project,
une galerie d'art virtuelle regroupant plus d'un millier d'œuvres numérisées en
haute résolution.  La galerie du château de Versailles compte parmi les 17
lieux ayant confié la numérisation de certaines de leurs œuvres à Google. Ce
Google Art Project est donc un nouveau site qui combine des captures numériques d’œuvres de près de 500  artistes différents avec des visites des galeries via le module Street View. Google a également intégré à son projet la possibilité pour l'utilisateur de composer sa propre galerie personnelle, pour retrouver rapidement ses œuvres préférées et les partager avec son entourage.
Parmi les centaines d’annonces du projet on trouvera de très rares voix
sceptiques ou critiques


L’adresse http://www.googleartproject.com/
Partager cet article
Repost0
13 août 2011 6 13 /08 /août /2011 08:33

 

 

Carlo-Giulani.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Un proverbe persan dit : "Si tu veux te faire un nom, voyage ou meurs."

Lui ne voulait pas un nom, ce matin de juillet, il voulait aller à la mer.

Erri De Luca, incipit du texte 20 juiillet 2001, publié dans le recueil collectif.

"Per sempre ragazzo" sous la direction de Paola Staccioli, Marco Tropea Editore.

 

Le 20 juillet 2001 lors d'une manifestation altermondialiste anti-G8 à Gênes

 

Sur le site de l'Huma d'où viennent la photo et l'extrait : link

Partager cet article
Repost0