Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 21:31

 

Thomas Sankara est assassiné le 15 octobre 1987.

 

 

 

 

 

"Notre pays a besoin d'hommes libres pour mettre en place un monde de paix et d'amour". : link 

 

 

Je n’ai pas ici la prétention d’énoncer des dogmes. Je ne suis ni un messie ni un prophète. Je ne détiens aucune vérité. Ma seule ambition est une double aspiration : premièrement, pouvoir, en langage simple, celui de l’évidence et de la clarté, parler au nom de mon peuple, le peuple du Burkina Faso ; deuxièmement, parvenir à exprimer aussi, à ma manière, la parole du "Grand peuple des déshérités", ceux qui appartiennent à ce monde qu’on a malicieusement baptisé Tiers Monde. Et dire, même si je n’arrive pas à les faire comprendre, les raisons que nous avons de nous révolter.

 

Nul ne s’étonnera de nous voir associer l’ex Haute-Volta, aujourd’hui le Burkina Faso, à ce fourre-tout méprisé, le Tiers Monde, que les autres mondes ont inventé au moment des indépendances formelles pour mieux assurer notre aliénation culturelle, économique et politique. Nous voulons nous y insérer sans pour autant justifier cette gigantesque escroquerie de l’Histoire. Encore moins pour accepter d’être "l’arrière monde d’un Occident repu". Mais pour affirmer la conscience d’appartenir à un ensemble tricontinental et admettre, en tant que non-alignés, et avec la densité de nos convictions, qu’une solidarité spéciale unit ces trois continents d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique dans un même combat contre les mêmes trafiquants politiques, les mêmes exploiteurs économiques.

Reconnaître donc notre présence au sein du Tiers Monde c’est, pour paraphraser José Marti, "affirmer que nous sentons sur notre joue tout coup donné à n’importe quel homme du monde". Nous avons jusqu’ici tendu l’autre joue. Les gifles ont redoublées. Mais le cœur du méchant ne s’est pas attendri. Ils ont piétiné la vérité du juste. Du Christ ils ont trahi la parole. Ils ont transformé sa croix en massue. Et après qu’ils se soient revêtus de sa tunique, ils ont lacéré nos corps et nos âmes. Ils ont obscurci son message. Ils l’ont occidentalisé cependant que nous le recevions comme libération universelle. Alors, nos yeux se sont ouverts à la lutte des classes. Il n’y aura plus de gifles.

 

C’est ce que nous avons perçu, nous, peuple burkinabè, au cours de cette nuit du 4 août 1983, aux premiers scintillements des étoiles dans le ciel de notre Patrie. Il nous fallait prendre la tête des jacqueries qui s’annonçaient dans les campagnes affolées par l’avancée du désert, épuisées par la faim et la soif et délaissées. Il nous fallait donner un sens aux révoltes grondantes des masses urbaines désoeuvrées, frustrées et fatiguées de voir circuler les limousines des élites aliénées qui se succédaient à la tête de l’Etat et qui ne leur offraient rien d’autre que les fausses solutions pensées et conçues par les cerveaux des autres. Il nous fallait donner une âme idéologique aux justes luttes de nos masses populaires mobilisées contre l’impérialisme monstrueux. A la révolte passagère, simple feu de paille, devait se substituer pour toujours la révolution, lutte éternelle contre la domination.

 

Forts de cette certitude, nous voudrions que notre parole s’élargisse à tous ceux qui souffrent dans leur chair, tous ceux qui sont bafoués dans leur dignité d’homme par un minorité d’hommes ou par un système qui les écrase.

Permettez, vous qui m’écoutez, que je le dise : je ne parle pas seulement au nom du Burkina Faso tant aimé mais également au nom de tous ceux qui ont mal quelque part.

Je parle au nom de ces millions d’êtres qui sont dans les ghettos parce qu’ils ont la peau noire ou qu’ils sont de culture différente et bénéficient d’un statut à peine supérieur à celui d’un animal.

Je souffre au nom des Indiens massacrés, écrasés, humiliés et confinés depuis des siècles dans des réserves afin qu’ils n’aspirent à aucun droit et que leur culture ne puisse s’enrichir en convolant en noces heureuses au contact d’autres cultures, y compris celle de l’envahisseur.

Je m’exclame au nom des chômeurs d’un système structurellement injuste et conjoncturellement désaxé, réduits à ne percevoir de la vie que le reflet de celle des plus nantis.

Je parle au nom des femmes du monde entier, qui souffrent d’un système d’exploitation imposé par les mâles. Pour ce qui nous concerne, nous sommes prêts à accueillir toutes les suggestions du monde entier, nous permettant de parvenir à l’épanouissement total de la femme burkinabè. En retour, nous donnons en partage à tous les pays, l’expérience positive que nous entreprenons avec des femmes désormais présentes à tous les échelons de l’appareil de l’État et de la vie sociale au Burkina Faso. Des femmes qui luttent et proclament avec nous, que l’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère et nous en appelons à toutes nos sœurs de toutes les races pour qu’elles montent à l’assaut pour la conquête de leurs droits.

 

Notre révolution au Burkina Faso est ouverte aux malheurs de tous les peuples. Elle s’inspire aussi de toutes les expériences des hommes depuis le premier souffle de l’Humanité. Nous voulons être les héritiers de toutes les révolutions du monde, de toutes les luttes de libération des peuples du Tiers Monde. Nous sommes à l’écoute des grands bouleversements qui ont transformé le monde. Nous tirons des leçons de la révolution américaine, les leçons de sa victoire contre la domination coloniale et les conséquences de cette victoire. Nous faisons nôtre l’affirmation de la doctrine de la non-ingérence des Européens dans les affaires américaines et des Américains dans les affaires européennes. Ce que Monroe clamait en 1823, « L’Amérique aux Américains », nous le reprenons en disant « l’Afrique aux Africains », « Le Burkina aux Burkinabè ». La Révolution française de 1789, bouleversant les fondements de l’absolutisme, nous a enseigné les droits de l’homme alliés aux droits des peuples à la liberté. La grande révolution d’octobre 1917 a transformé le monde, permis la victoire du prolétariat, ébranlé les assises du capitalisme et rendu possible les rêves de justice de la Commune française.

 

Monsieur le Président,

J’ai parcouru des milliers de kilomètres. Je suis venu pour demander à chacun de vous que nous puissions mettre ensemble nos efforts pour que cesse la morgue des gens qui n’ont pas raison, pour que s’efface le triste spectacle des enfants mourant de faim, pour que disparaisse l’ignorance, pour que triomphe la rébellion légitime des peuples, pour que se taise le bruit des armes et qu’enfin, avec une seule et même volonté, luttant pour la survie de l’Humanité, nous parvenions à chanter en chœur avec le grand poète Novalis :

"Bientôt les astres reviendront visiter la terre d’où ils se sont éloignés pendant nos temps obscurs ; le soleil déposera son spectre sévère, redeviendra étoile parmi les étoiles, toutes les races du monde se rassembleront à nouveau, après une longue séparation, les vieilles familles orphelines se retrouveront et chaque jour verra de nouvelles retrouvailles, de nouveaux embrassement ; alors les habitants du temps jadis reviendront vers la terre, en chaque tombe se réveillera la cendre éteinte, partout brûleront à nouveau les flammes de la vie, le vieilles demeures seront rebâties, les temps anciens se renouvelleront et l’histoire sera le rêve d’un présent à l’étendue infinie".

 

La Patrie ou la mort, nous vaincrons !

 

Je vous remercie.

Thomas SANKARA - discours à la 39e Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies, 4 octobre 1984.

 

 

Sankara.jpg

 

 

 

 

 

 

 
Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 09:32

 

 

 

 

 

 

Née en 1968 à Paris, un bon cru s'il en fut,

la chanteuse française d'origine ivoiro-marocaine

mélange les genres, les origines

et cela donne des mélodies envoutantes

avec un goût prononcé pour Billie Holiday

tout en n'hésitant pas à piocher

chez Monk, Jackie mcLean, Villa-Lobos,

Stevie Wonder ou Björk.

 

 

 


 

 

 

 

Laïka

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 21:04

 

 

 

 

 

Lucas Cranach 1472 - 1553 peintre et graveur de la Renaissance qui a immortalisé un type féminin en le reproduisant en de multiples variations.

Usage du voile si léger qui montre plus qu'il ne cache, visage inscrit dans un rond avec un front dégagé, silouhette élancée avec de longues jambes, une marque de fabrique en quelque sorte où le désir cotoie parfois le danger.

Ce qui n'empêcha pas notre homme de faire plusieurs portraits de Martin Luther

Bon, Michel Leiris fut sans doute marqué et peut être à tout jamais

par le maître de Wittemberg qui résida dans cette ville sans y être né,

puisqu'il déclare à propos de "L'âge d'homme":

 

"J’ai commencé d’écrire ce livre âgé de vingt-neuf ans, en décembre 1930, peu avant un voyage de vingt-et-un mois en Afrique. Il s’agissait alors d’une espèce de liquidation, sous la forme d’une simple confession érotique à propos d’un tableau de Cranach de la Galerie de Peinture de Dresde, représentant Lucrèce et Judith. Le titre primitif, inspiré directement de ce tableau était : « Lucrèce, Judith et Holopherne », Lucrèce et Judith se rapportant à deux aspects de l’éternel féminin qui me semblaient avoir une réalité pour moi, Holopherne à moi-même. Mais trop de choses se trouvaient impliquées dans un pareil dessein et peu à peu j’ai été amené, débordant le cadre de la sexualité pure, à en faire un raccourci de mémoires, une sorte de vue panoramique sur tout un côté de ma vie."

 

tiré de link

 

 


CRANACH-Lucas.jpg

 

 

CRANACH-Nymphe-de-la-source.jpg

 

CRANACH-Lucrece.png

 

CRANACH-allegorie-justice.jpg

 

cranach_venus.jpg

 

CRANACH-Venus.jpg

Partager cet article
Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 21:43

 

 

Dans un humour au vitriol

Stéphane Guillon s'inspirant largement

des chroniques de "l'odieux volatile"

passe en revue les membres d'un gouvernement

totalement imaginaire, que pas un instant

on ne pourrait croire que de tels personnages

puissent exister ou alors seulement

dans ces républiques bananières

si longtemps montrées du doigt

car on ne pourrait même pas concevoir

un seul instant

que Ben Ali, Moubarak

et leurs affidés se soient comportés

de cette façon.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 20:48

 

 

Une voix qui rapelle celle de Florence and the machine,

mais on n'est pas obligé d'aimer les machines

surtout après Matrix.

Nika Rosa Danilova a préféré le pseudo

plus facile mais beaucoup plus évocateur

de Zola Jesus en référence à Emile le père des Rougon-Macquarts

nous ne faisons que répéter ce qu'on a lu ici : link

Hésitant encore entre plusieurs styles

la jeune américaine de l'Arizona

cultive l'éponymie empruntant à

Guss Van Sant le titre d'un de ses films

qui faisait lui même référence à Kurt Cobain...

 

Mais où est donc Florence ?

 

 

 

 

..........................
..........................
Zola-Jesus01.jpg
...........................
..........................
Zola-Jesus03.jpg
Florence est ici : Florence and the machine
Partager cet article
Repost0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 19:48

 

même nos idoles meurent un jour

et parfois la cruelle morsure du temps finit par rattraper le mythe.

Syd Barrett est mort en 2006 et rich Wright en 2008.

Mais Pink Floyd restera toujours

 

David Gilmour

Roger Water

Nick Mason

Richard Wright

 

 

Partager cet article
Repost0
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 19:45

 

 

Burano01.jpg

 

Burano02.jpg

 

Burano03.jpg

 

Burano04.jpg

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 20:46

 

 

 

 

 

Voilà du bon, d'la brute et du truand

des p'tits gars de Manchester

autant dire d'la bonne graine.

Héritiers, bien malgré eux, du groupe Joy Division

après la mort de son leader Ian Curtis en 1980

les mancuniens produisent quelques bons titres

dont celui là qui possède une intro

qui résonne un peu comme

le titre des Floyds "The great gig in the sky"

avec à l'impro vocale Clare Torry


New-Order01.jpg

 

 

New_Order.jpg

 


Voici les Floyds

 

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2011 4 17 /02 /février /2011 17:45

 

Taxe-Robin-des-bois.jpg

 

 

À la veille de la réunion des ministres des finances du G20 organisée à Paris les 18 et 19 février, les organisations Attac, Aides membre de la Coalition Plus et Oxfam France ont lancé la campagne de mobilisation Robin des Bois en faveur d’une taxe sur les transactions financières. « Taxer la finance pour un monde plus juste. Rejoignez le mouvement ! » est le message de Robin des Bois venu himself de la forêt de Sherwood avec sa bande à Paris ce matin pour entraîner les Français dans cette grande campagne déjà active dans plus d’une dizaine de pays à travers le monde.  Inspirée par la taxe Tobin qui proposait de taxer les transactions de change, la taxe Robin des Bois s’appliquerait à toutes les transactions financières. Fixée à seulement 0,05%, elle pourrait rapporter plusieurs centaines de milliards d’euros par an, et permettrait de lutter véritablement contre la spéculation.

La taxe Robin des Bois pourra financer les urgences sociales et environnementales mondiales, par exemple la lutte contre le sida ou contre le changement climatique. Mais elle financera aussi la construction sur le long terme d’un monde plus juste et plus stable, libéré de l’emprise de marchés financiers livrés à eux-mêmes.. Complément de l’aide au développement, la taxe sera décisive pour espérer atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement.

En 2011, pour la première fois, les dirigeants des 20 pays les plus riches vont consacrer une partie de leur rencontre à discuter de cette taxe. La France, qui préside cette année le G20, s’est publiquement déclarée en sa faveur ; Nicolas Sarkozy doit tenir sa promesse d’une taxe à la hauteur des besoins dès cette année et éviter une taxe au rabais.

Le mouvement Robin des Bois, ce sont déjà des centaines de milliers de personnes à travers le monde et plus de 200 organisations. Des militants, des économistes, des hommes et femmes politiques, des écrivains, des sportifs, des célébrités mais surtout des citoyens et citoyennes qui veulent que la finance se mette au service de l’humanité et non l’inverse !

Le site internet de la campagne, www.taxerobindesbois.org , propose des photos, images, bannières et idées d’actions pour aider les citoyens à passer le mot.

Vous pouvez signer la pétition directement sur la page de Une du site d'Attac : http://www.france.attac.org ou sur le site : http://www.taxerobindesbois.org/

La campagne Taxe Robin des bois est soutenue par les coalitions Réseau Action Climat, Action Mondiale contre la pauvreté, Action for global health et Avocats pour la santé dans le monde ; ainsi que par les organisations ATD Quart Monde, Care France, CCFD –Terre solidaire, Défi Michée, Eau Vive, Peuples solidaires (en association avec Action Aid), Réseau Foi et Justice Afrique Europe, Sidaction, Solidarité laïque et Vision du monde.

 

 

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 21:25

 

Un tube qui ne vieillit décidément pas.

Sorti à l'époque en 1984,

pas celui de George Orwell,

et chanté par le groupe Foreigner

des anglo-américains qui ont compté parmis eux

Ian Mc Donald un ex des king Crimson

c'est dire la qualité du bonhomme

mais en 1984 il n'était déjà plus là.

Bon le tube a depuis été repris

par une certaine Mariah Carey

et l'on peut préférer bien sûr

la version de la Miss

 


 

 

 

 

foreigner3-1.jpg

 

 

 

Un peu languide

un rien maniérée

c'est Mariah Carey...

 

 

 

 


 

Partager cet article
Repost0