Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 19:56

 

 

 

 

 

Les analyses que Roland Barthes développait dans "Mythologies" se prêtent admirablement à l'analyse de la rhétorique sarkosienne. Remplaçons "le mythe", par" le discours du président de la République" et l'on verra s'éclairer d'un jour nouveau la logorrhée présidentielle...

 

Le mythe a un caractère impératif, interpellatoire [...]  

c'est moi qu'il vient chercher ; il est tourné vers moi, je subis sa force intentionnelle.

p 210

 

Le mythe ne cache rien et il n'affiche rien ; il déforme.

p 215

 

Nous sommes ici au principe essentiel du mythe : il transforme l'histoire en nature.

p 215

 

Tout dans notre vie quotidienne, est tributaire de la représentation que la bourgeoisie se fait et nous fait des rapports de l'homme et du monde.

p 227

 

C'est pourtant par son éthique que la bourgeoisie pénètre la France : pratiquée nationalement, les normes bourgeoises sont vécues comme les lois évidentes d'un ordre naturel : plus la classe bourgeoise propage ses représentations, plus elles se naturalisent. Le fait bourgeois s'absorbe dans un univers indistinct, dont l'habitant unique est l'Homme Eternel, ni prolétaire, ni bourgeois.

p 228

 

Il est l'idéologie bourgeoise même, le mouvement par lequel la bourgeoisie transforme la réalité du monde en image du monde.

p 229

 

Le mythe a pour charge de fonder une intention historique en nature, une contingence en éternité.

p 229

 

Le mythe ne nie pas les choses, sa fonction est au contraire d'en parler ; simplement, il les purifie, les innocente, les fonde en nature et en éternité, il leur donne une clarté qui n'est pas celle de l'explication, mais celle du constat.

p 230

 

Le mythe abolit la complexité des actes humains, leur donne la simplicité des essences, il supprimer toute dialectique, toute remontée au-delà du visible immédiat, il organise un monde sans contradiction parce que sans profondeur, un monde étalé dans l'évidence, il fonde une clarté heureuse : les choses ont l'air de signifier toutes seules.

p 231

 

Le fondement du constat bourgeois, c'est le bon sens, c'est à dire une vérité qui s'arrête sur l'ordre arbitraire de celui qui la parle.

p 243

 

Tirés de "Mythologies" de Roland Barthes 1957

 

 


Partager cet article
Repost0

commentaires