Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 19:28

 

 

 

Le volume de sa voix calme montait en moi, elle criait, je me tournai vers la jetée vide. Je m'arrêtai pour la regarder. Une robe blanche, une pâquerette à l'oreille, une odeur différente de celle des amandes,je la fixai, le regard bloqué sur elle. Ce fut ma première perception évidente de la beauté féminine. Elle n'est pas sur les couvertures des magazines, sur les podiums, sur les écrans, elle est au contraire soudain tout près. Elle fait tressaillir et elle vide. Je restai comme ça.

p 91

 

 

Ceux qui ont eu des enfants ont vu le temps grandir sur eux. Moi, j'ai pu le suivre sur les arbres plantés, sur l'ombre des feuillages qui s'élargit par terre. Je n'ai pas compensé par la naissance de fils la perte de mes deux parents morts dans mes bras, en lorgnant à la dérobée leur prolongement sur les nouveaux enfants.
Les vies de mes deux parents sont dans la prison des absents et aucun jour ne passe sans que j'attende dehors. Je posais des questions sur la guerre pour mesurer la distance entre cette époque et la mienne, mais il n'y avait pas de mesure. J'ai grandi avec la lumière électrique, je ne sais rien du temps où un enfant de Naples allait recueillir la cire coulée des cierges à l'église, pour la revendre. Il existe des distances qui peuvent se dire mais pas se compter.

p 122

 

Partager cet article
Repost0

commentaires