Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2009 5 14 /08 /août /2009 16:59

"Le but de la société est le bonheur commun."


1796, Robespierre est mort guillotiné en 1794, le Directoire tourne le dos aux idéaux de la Révolution, "La République est morte, les brigands triomphent". C'est alors que, bien avant Martin Luther King, une poignée d'hommes fait un rêve modeste et fou. Gracchus Babeuf et ses compagnons réunis dans la Conjuration des égaux s'imaginent que "le but de la société est le bonheur commun" comme le stipulait l'article premier de la constitution de 1793 dite de l'an I qui ne fut jamais appliquée. Ils veulent une égalité réelle et l'abolition de la propriété individuelle pour en finir avec les distinctions de riches et de pauvres et dans des accents prophétiques qui résonnent aujourd'hui avec une étrange modernité, ils s'attaquent au coeur de l'exploitation capitaliste bien avant la mise au jour de ses mécanismes par Marx et Engels.

Voir tout le texte de la constitution de 1793 en suivant le lien : link
un texte sur Gracchus Babeuf : link

Les conjurés
:


Philippe Buonarroti

Augustin Darthé
Sylvain Maréchal
Félix Lepeletier
Pierre-Antoine Antonnelle
Georges Grisel qui dénonça la conjuration





Le texte du manifeste a été écrit par Sylvain Maréchal

Le Manifeste des Égaux (1795) 

 

« Peuple de France, pendant quinze siècles, tu as vécu esclave et par conséquent malheureux ; depuis six années, tu respires à peine dans l’attente de l’indépendance, du bonheur et de l’égalité !… De temps immémorial, on nous répète avec hypocrisie : « Les hommes sont égaux » et de temps immémorial, la plus avilissante, la plus monstrueuse inégalité pèse insolemment sur le genre humain. L’égalité ne fut jamais qu’une belle et stérile fiction de la loi. Aujourd’hui qu’elle est réclamée d’une voix plus forte, on nous répond : « Taisez-vous, misérables, l’égalité de fait n’est qu’une chimère ; contentez-vous de l’égalité légale ; canaille, que vous faut-il de plus ? ». Ce qu’il nous faut de plus ? Législateurs, gouvernants, riches, propriétaires, écoutez-nous : 

Nous prétendons désormais vivre et mourir égaux, comme nous sommes nés ; nous voulons l’égalité réelle ou la mort. 

La Révolution française n’est que l’avant-courrière d’une autre révolution bien plus grande, bien plus solennelle, et qui sera la dernière. 

Le peuple a marché sur le corps aux rois et aux prêtres. Il en fera de même aux nouveaux tyrans, aux nouveaux tartufes assis à la place des anciens. 

C’est que nous ne voulons pas seulement l’égalité écrite dans les droits de l’homme ; nous la voulons au milieu de nous, sous le toit de nos maisons. Nous consentions à tout pour l’obtenir ; pour elle, nous ferons table rase. Périssent, s’il le faut, tous les arts pourvu qu’il nous reste l’égalité réelle. 

Législateurs et gouvernants, propriétaires riches et sans entrailles, vous essayez en vain de neutraliser notre sainte entreprise ; vous dites : « Ils veulent la loi agraire, si souvent demandée avant eux ». 

Taisez-vous, calomniateurs ! La loi agraire, ou le partage des campagnes fut le vœu instantané de quelques soldats sans principes, de quelques peuplades inspirées par l’instinct et non par la raison. Nous demandons quelque chose de plus sublime et de plus équitable, le bien commun ou la communauté des biens. Plus de propriété individuelle, la terre n’est à personne ; les fruits sont à tout le monde.

Nous ne pouvons plus souffrir que la majorité des hommes travaille et sue au service et pour le bon plaisir d’une petite minorité.

Qu’il cesse enfin ce grand scandale que nos neveux ne voudront pas croire.

Disparaissez, révoltantes distinctions de riches et de pauvres, de grands et de petits, de maîtres et de valets, de gouvernants et de gouvernés. 

Qu’il ne soit plus d’autre différence parmi les hommes que l’âge et le sexe ; tous ont les mêmes besoins et les mêmes facultés ; qu’il n’y ait donc plus pour eux qu’une même éducation et une même nourriture. Il n’y a qu’un seul soleil, un seul air pour tous. 

Le moment des grandes mesures est arrivé ; le mal est à son comble ; le chaos, sous le nom de politique, règne sur la terre depuis trop de siècles […] Qu’à la voix de l’égalité, les éléments de la justice et du bonheur s’organisent, l’instant est venu de fonder la république des égaux, ce grand hospice offert à tous les hommes. Les jours de la restitution générale sont arrivés. Familles gémissantes, venez vous asseoir à la table commune dressée par la nature pour tous ses enfants […] 

Peuple de France, ouvre les yeux et le cœur à la plénitude du bonheur ; reconnais et proclame avec nous la république des égaux. »



Partager cet article
Repost0

commentaires