Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 septembre 2019 3 04 /09 /septembre /2019 09:39

 

 

Elle l’avait dit avec le sourire confirmant ce qu’il avait toujours pensé malgré les élucubrations d’un Bruno Lemaire1 chargé de « calmer le jobard » - il adorait cette

expression qu’il avait entendu dans la bouche de sa fille même s’il n’en avait pas tout à fait compris le sens lorsqu’elle le lui avait expliqué – qui s’employait à marteler que "le

travail doit continuer à payer", sous-entendu "ceux qui ne travaillent pas mais qui vivent du travail des autres", mais ça Bruno y pouvait pas l’dire, c’était un message subliminal que seul percevaient les gens comme lui…  1 000 € de retraite minimum quand tu as bossé toute ta vie, à peine plus que le seuil de pauvreté2, il avait bien fait de pas toucher au boulot… ça avait surpris son petit-fils. Un matin qu’il le gardait au petit déjeuné l’enfant ouvrant de grands yeux étonnés lui avait demandé : « Dis Papy, pourquoi tu travailles pas comme mes deux mamans ? » Sa fille lui les avait toutes faites, assumant l’héritage de la gauche prolétarienne, elle avait voté pour Philippe Poutou, fréquentant tous les rassemblements de « traîne la grôle » qu’elle pouvait trouver, de la ZAD de Notre Dame des Landes aux anti-G7, elle lui avait fait vivre un calvaire. Mais elle posa la cerise sur l’cake lorsqu’elle se mit en ménage avec Nina, non seulement elle ne s’était pas calmée mais elle avait appuyé là où ça fait mal… Elle vivait avec une femme… Heureusement, il avait échappé au pire, elle n’était pas noire. Il avait fini par rompre tout lien avec sa fille jusqu’au jour où il était né, le soleil de sa vie, son petit-fils… Pour le voir il avait dû en bouffer de la couleuvre, il avait dû en écouter des conneries, mais dès qu’il l’avait vu, il avait su qu’il ne pourrait pas se passer de lui… « Ecoute mon chéri je vais te dire pourquoi Papy ne travaille pas, mais jure moi de ne rien dire à tes mamans, ce sera notre secret. » Chaque fois qu’il le pouvait il essayait d’inculquer à ce cerveau juvénile les bienfaits du capitalisme. « Quand son papa est mort, Papy a reçu beaucoup d’argent et beaucoup d’actions… Les actions ce sont des morceaux de papier qui te permettent de posséder une partie de quelque chose qui n’est pas totalement à toi… Et les actions rapportent beaucoup d’argent à Papy… Y sont gentils ceux qui te donnent tout cet argent ». Y sont pas vraiment gentils, y z-ont pas l’choix à cause de « l’armée de réserve des travailleurs »3 constitués par les chômeurs – dixit sa fille, ce coup-là il avait bien compris le concept, avec la

mondialisation l’armée de réserve du capitalisme ce n’était plus les chômeurs mais les foules immenses des travailleurs pauvres du Tiers Monde… Ca vous plaît pas le nouvel accord compétitivité qui réduit vos salaires et allonge le temps de travail ? Pas grave on ferme la boîte, les niakoués4, eux y demande qu’à bosser pour des clopinettes - mais ça y pouvait pas lui l’dire. Il lui expliquerait plus tard qu’il fallait des gens qui travaillent pour que les gens comme lui, les actionnaires – des prédateurs comme disait sa fille - puissent prélever leur part et que plus les salaires de ceux qui travaillaient diminuaient plus la part des actionnaires augmentait5, c’était mathématiques… Alors lui, le travail, il avait laissé ça aux pauvres.

 

 

 

1 - « Le travail doit continuer à payer, lance Bruno Lemaire » https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/impots-le-travail-doit-continuer-a-payer-lance-bruno-le-maire_3422039.html
 2 - Un individu est considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs soit à 855 euros, soit à 1 026 euros (Insee, données 2016), selon la définition de la pauvreté utilisée (respectivement au seuil à 50 % et à 60 % du niveau de vie médian). https://www.inegalites.fr/Les-seuils-de-pauvrete-en-France
 3 - L'Armée de réserve de travailleurs est un concept d'économie politique étudié par Karl Marx. Il est développé dans le chapitre 25 de son livre Le Capital. Ce concept entretient des rapports avec le phénomène du chômage dans les sociétés capitalistes.
 4 - Du vietnamien nhà quê (niah-koué, « paysan », « villageois, péquenaud »). Le sens est déjà péjoratif en vietnamien.
 5 - http://www.lefigaro.fr/societes/le-montant-des-dividendes-verses-aux-actionnaires-atteint-un-nouveau-record-20190819

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires