Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 21:24

 

 

 

Il était en train de lire la prose d’un d’ses khos1, une espèce de bouffon qui lisait des vreuli à la place de s’faire sucer l’tuyeau par les tasses2 et qui publiait des compte rendus sur son blog, il parlait d’un truc qu’il avait lu, un truc chelou, une sorte de dystopie - il avait fallu qui’s fende la tête en deux pour retenir le mot - qui montrait un régime policier et totalitaire surgit dans un univers post-apocalyptique avec à sa tête un mec surpuissant, un composite d’Hitler et de Staline… même Booba aurait pas pu écrire un vreuli zarbi comme ça… Avec des formules que le type avait dû chourer à Kaaris : « la guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force » distillées par « le Ministère de la vérité » et l’utilisation « d’une Novlangue » qui appauvrissait considérablement l’expression d’une pensée alternative et autonome de la part des citoyens qui étaient transformés en zombis lobotomisés, - ouestcequ’le type avait pêcho ça…  pas dans les œuvres croisées de Kaatris et Booba, c’était sûr… Le livre racontait l’histoire d’un tahan3 qui avait eu l’malheur d’bouger l’croupion contre l’Parti au lieu d’bégo la propagande officielle… Dans une société où la surveillance généralisée fondée sur le panoptique4 permet de voir l’individu partout et à tout moment, wesh le mec il en avait pas qu’dans les balloches5 … En Novlangue ça d’vait donner « on te voit, t’es baisé mec ! », plus personne ne peut se cacher, il n’y a plus d’intimité, « Big Brother is watching you » Winston n’avait aucune chance… Quand il y pensait, avant d’avoir trop mal à la tête, c’était vraiment un truc de malade de réussir à brouiller totalement la vérité aux yeux des gens à tel point  que la réalité s’évapore et se réifie6 dans le mensonge comme une évidence logique incontestable, éternelle…  Il avait fini de lire l’article du blog et toutes sortes d’idées obscures faisaient la teuf dans sa tête lui donnant un mal à lui faire péter les méninges un peu comme si Booba s’était réveillé dans l’même lit qu’Kaaris après avoir vidé des masses de purple drank7… Se pouvait-il qu’on soit déjà dans ce putain de monde et qu’on ne s’en soit pas rendu compte… il regarda la paume de sa main où il avait recopié un extrait qu’il avait kiffé à donf «  Le langage politique est destiné à rendre vraisemblable les mensonges, respectables les meurtres et à donner l’apparence de la solidité à ce qui n’est que vent. » Il essaya de garder la phrase en mémoire pour la ressortir avec ses potes la prochaine fois qui y’aurait un d’ces bouffons qui passe à la télé… Les deux bolosses avaient dû sortir d’sa tête pour finir d’se dire tout l’bien qu’ils pensaient l’un de l’autre car il eut soudain un moment d’apaisement, juste à l’instant où il aperçut sur BFM TV le secrétaire d'état Laurent Nunez donner un cours de Novlangue...

 

 

 

 

 

1 Potes en arabe
2 Du pur Booba dans le texte
3 Dérivé de l’arabe, ici signifie homosexuel même si Winston Smith le personnage du livre ne l’est pas.
4 L'objectif de la structure panoptique est de permettre à un gardien, logé dans une tour centrale, d'observer tous les prisonniers, enfermés dans des cellules individuelles autour de la tour, sans que ceux-ci puissent savoir s'ils sont observés.
5 Les testicules
6 Dans la pensée, la réification (du latin res, chose) consiste à considérer une idée abstraite comme une chose concrète.
7 https://www.lexpress.fr/culture/musique/ces-rappeurs-francais-qui-boivent-de-la-codeine-comme-du-jus-de-pomme_1789275.html

 

 

Georges Orwell a fait des émules et son livre "1984" écrit en 1949 évoque un monde qui parfois ressemble tellement au nôtre...

 

"Ne parlez pas de répression ou de violences policières, ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit." Emmanuel Macron a affirmé, jeudi 7 mars, qu'il "refusait" l'expression "violences policières" pour décrire les blessures "malheureusement" subies par des participants au mouvement des "gilets jaunes ". 

 

Le but du novlangue était, non seulement de fournir un mode d'expression aux idées générales et aux habitudes mentales des dévots de l'Angsoc, mais de rendre impossible tout autre mode de pensée.
Il était entendu que lorsque le novlangue serait une fois pour toutes adopté et que l'ancilangue serait oublié, une idée hérétique - c'est-à-dire une idée s'écartant des principes de l'angsoc – serait littéralement impensable, du moins dans la mesure où la pensée dépend des mots.
Le vocabulaire du novlangue était construit de telle sorte qu'il pût fournir une expression exacte, et souvent très nuancée, aux idées qu'un membre du Parti pouvait, à juste titre, désirer communiquer. Mais il excluait toutes les autres idées et même les possibilités d'y arriver par des méthodes indirectes. L'invention de mots nouveaux, l'élimination surtout des mots indésirables, la suppression dans les mots restants de toute signification secondaire, quelle qu'elle fut, contribuaient à ce résultat.
Le novlangue était destiné, non à étendre, mais à diminuer le domaine de la pensée, et la réduction au minimum du choix des mots aidait indirectement à atteindre ce but.

p 422 - 423   "1984" George Orwell

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires