Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 16:09

 

 

 

Mais l'ennui du présent et sa monotonie m'accablent

et, comme toujours, je me plonge dans la vie contemplative.

Au pays des sables

 

La joie du voyage et de la révélation brusque et flamboyante du sud.

Au pays des sables

"Je suis seul, assis en face de l'immensité grise de la mer murmurante...

Je suis seul... Seul comme je l'ai toujours été partout,

comme je le serai toujours à travers le grand Univers charmeur et décevant,

seul, avec, derrière moi, tout un monde d'espérances déçues,

d'illusions mortes et de souvenirs de jour en jour plus lointains,

devenus prersque irréels. Je suis seul et je rêve...

«En cet instant, comme d’ailleurs à toute heure de ma vie,

je n’ai qu’un désir: revêtir le plus vite possible la personnalité aimée

qui, en réalité est la vraie, et retourner là-bas, en Afrique,

reprendre cette vie-là... Je suis venu ici pour fuir les décombres

d'un long passé de trois années."

Pays oublié - Cagliari le 1er janvier 1900

 

Ainsi, ma première arrivée à El Oued, il y a deux ans,

fut pour moi une révélation complète, définitive de ce pays âpre

et splendide qui est le Souf, de sa beauté particulière,

de son immense tristesse aussi.

C'était l'heure élue, l'heure merveilleuse au pays d'Afrique,

quand le grand soleil de feu va disparaître enfin, laissant reposer

la terre dans l'ombre bleue de la nuit.

Au pays des sables

 

Ainsi, nomade et sans autre patrie que l’Islam; sans famille

et sans confidents, seul, seul pour jamais dans la solitude altière

et sombrement douce de mon âme,

je continuerai mon chemin à travers la vie,

jusqu’à ce que sonne l’heure du grand sommeil éternel du tombeau..

in Guri Ellen Barstad Universitetet i Tromsø Isabelle Eberhardt ou l’invention de soi

 

link

 

Partager cet article
Repost0

commentaires