Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 09:46
Zoé Konstantopoulou - Grèce

Extrait du discours de Zoé Konstantopoulou, présidente du parlement grec, sur le projet soumis par le gouvernement aux créanciers le 11/07/2015

 

 

Depuis cinq mois, le Gouvernement, qui a comme tronc la Gauche et comme noyau les forces anti-mémorandum, livre un combat inégal dans des conditions d'asphyxie et de chantage contre une Europe qui a trahi les objectifs inscrits dans ses statuts, à savoir le bien-être des peuples et des sociétés, une Europe qui utilise la monnaie commune, l'euro, non pas comme moyen d'atteindre le bien-être social, mais comme levier et instrument d'assujettissement et d'humiliation des peuples et des gouvernements rebelles, une Europe qui est en train de se transformer en une prison cauchemardesque pour ses peuples alors qu'elle a été construite pour être leur maison hospitalière commune.


Le peuple grec a confié à ce Gouvernement la grande cause de sa libération des chaînes du mémorandum, de l'étau de la mise sous tutelle et de la mise sous surveillance qui a été imposée à la société sous le prétexte de la dette, une dette illégale, illégitime, odieuse et insoutenable, dont la nature, comme l'ont démontré les conclusions préliminaires de la Commission pour la Vérité de la Dette Publique, était déjà connue par les créanciers depuis 2010.


Une dette qui n'a pas surgi comme un phénomène météorologique, mais qui a été créée par les gouvernements précédents avec des contrats entachés de corruption, avec des commissions, des pots-de-vin, des clauses léonines et des taux d'intérêt astronomiques dont ont tiré bénéfice des banques et des compagnies étrangères.

Une dette que la Troïka, en accord avec les précédents gouvernements, a transformée frauduleusement de dette privée en dette publique, sauvant ainsi les banques françaises et allemandes mais aussi les banques privées grecques, condamnant le peuple grec à vivre dans des conditions de crise humanitaire, et en mobilisant et rétribuant pour ce faire les organes de la corruption médiatique chargés de terroriser et tromper les citoyens.


Cette dette, que ni le peuple ni le gouvernement actuel n'ont ni créée et gonflée, est utilisée depuis cinq ans comme instrument d'asservissement du peuple par des forces qui agissent à l'intérieur de l'Europe dans le cadre d'un totalitarisme économique.
 

Au mépris de la morale et du droit, l'Allemagne n'a pas acquitté jusqu'à aujourd'hui ses dettes à la petite Grèce résistante dont l'histoire reconnaît l'attitude héroïque. Des dettes qui dépassent la dette publique grecque et représentent un montant de 340 milliards d'euros selon les calculs modérés de la Commission de la Cour des Comptes qui a été créée par le gouvernement précédent, quand la prétendue dette publique grecque a été chiffrée à 325 milliards d'euros. L'Allemagne a bénéficié du plus grand effacement de dette après la Seconde Guerre Mondiale afin qu'elle se remette sur pied, avec le concours généreux de la Grèce. Or, c'est cette même Allemagne qui a accordé sa protection à des responsables d'entreprises coupables d'actes de corruption avec les précédents gouvernements et leurs partis politiques, comme Siemens, et elle les a protégés en les soustrayant à la justice grecque.
 

 

Zoé Konstantopoulou - Grèce
Partager cet article
Repost0

commentaires