Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 17:39

 

 

 

Marx01

 

 

 

Jean-Pierre Vernant, citant Theognis, indique :


« Ceux qui aujourd’hui ont le plus convoitent le double.

La richesse, ta chrémata, devient chez l’homme folie, aphrosunè »


Et Vernant, décrivant l’état des mœurs de cette

Grèce du VIème siècle en crise d’ajouter pour sa part :


« Qui possède veut plus encore. La richesse finit par n’avoir plus d’autre objet qu’elle-même (…), elle devient sa propre fin, elle se pose comme besoin universel, insatiable, illimité, que rien ne pourra jamais assouvir. A la racine de la richesse, on découvre donc une nature viciée, une volonté déviée et mauvaise, une pleonexia :

désir d’avoir plus que les autres, plus que sa part, toute la part. Koros,

hubris, pleonexia sont les formes de déraison que revêt, à l’âge de Fer,

la morgue aristocratique, cet esprit d’Eris qui, au lieu d’une noble émulation,

ne peut plus enfanter qu’injustice, oppression, dusnomia ».

 

Tiré de Frédéric Lordon : link

 

Quand on vous disait

qu'à penser toujours au pognon

on finissait par d'venir C...

Les Grecs, pourtant pas tous sortis d'la cuisse de Jupiter,

l'avaient bien compris avant nous...


Partager cet article
Repost0

commentaires