Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

Archives

19 avril 2009 7 19 /04 /avril /2009 20:35

 

 

 

Le discours  de Dakar est une allocution prononcée par Nicolas Sarkozy le 26 juillet 2007 dans laquelle il estimait que le « drame de l'Afrique » vient du fait que « l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire. […] Le problème de l'Afrique, c'est qu'elle vit trop le présent dans la nostalgie du paradis perdu de l'enfance. […] Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine ni pour l'idée de progrès »

 

On retrouve dans la faconde présidentielle un procédé que Roland Barthes avait analysé dans "Mythologies" . Selon lui "le mythe prive l'objet dont il parle de toute Histoire. En lui l'histoire s'évapore"

p 239

 

 

NELSON MANDELA




La modestie, mais on sait que ce n'est pas une qualité qu'il affectionne, ou du moins la pudeur aurait pu inspirer le président ou son proche conseiller (Henri Guaino) lors de son discours de Dakar. Mais celui qui déteste la repentance aime les formules choc à l'emporte pièce, formules qui possèdent une redoutable efficacité dans leur capacité à marquer les esprits et à remodeler la réalité selon le bon vouloir de celui qui n'a pas compris que le pouvoir des mots s'efface devant la valeur et le courage dont les hommes font preuve pour défendre leurs convictions.
Le plus vieux prisonnier du monde devenu président et le petit président à l'évidence ne partagent pas les mêmes valeurs.

 


 



PATRICE LUMUMBA 1925 - 1961


Et quand l'homme Africain entrait dans l'histoire, la puissance coloniale se chargeait
de  l'en faire sortir.

Le 30 juin 1960, Patrice Lumumba s'addressant à ses compatriotes déclarait : "Nous allons montrer au monde ce que peut faire l'homme noir lorsqu'il travaille dans la liberté, et nous allons faire du Congo le centre de rayonnement de l'Afrique toute entière. Nous allons veiller à ce que les terres de notre patrie profitent véritablement à ses enfants. Nous allons revoir toutes les lois d'autrefois et en faire de nouvelles qui seront justes et nobles." (d'après Congo mai-juin 1960, Ganshof Van der Meersch, pp. 235-244)

Cela ne dut pas plaire, car il fut assassiné le 17 janvier 1961 au Katanga.


Un autre espoir trop tôt disparu :
 


THOMAS SANKARA 1949 - 1987




Il dirrige la révolution burkinabé du 4 août 1983 jusqu'à son assassinat le 15 octobre 1987. Il est le seul président d'Afrique (et sans doute du monde) à avoir vendu les luxueuses voitures de fonctions de l'Etat pour les remplacer par de basiques Renault 5. Il faisait tous ses voyages en classe touriste et ses collaborateurs étaient tenus de faire de même. Il est célèbre aussi pour son habitude de toujours visiter Harlem (et d'y faire un discours) avant l'ONU.

Une vision assez juste de l'aide made in FMI :
"Nous encourageons l’aide qui nous aide à nous passer de l’aide. Mais en général la politique d’assistance et d’aide n’aboutit qu’à nous désorganiser, à nous asservir et à nous déresponsabiliser." " La dette est une reconquête savamment organisée de l’Afrique, (…) pour que chacun de nous devienne l’esclave financier.""C’est tout un système qui sait exactement ce qu’il faut vous proposer. (…) Ce sont des placements heureux pour les investisseurs."

Un site dédié à Sankara link


KWAME NKRUMAH 1909 - 1972




Ces propos de Nkrumah président du Ghana lui-même en 1961 :

« Divisés nous sommes faibles. Unie, l’Afrique pourrait devenir, et pour de bon, une des plus grandes forces de ce monde. Je suis profondément et sincèrement persuadé qu’avec notre sagesse ancestrale et notre dignité, notre respect inné pour la vie humaine, l’intense humanité qui est notre héritage, la race Africaine, unie sous un gouvernement fédéral, émergera non pas comme un énième bloc prompt à étaler sa richesse et sa force, mais comme une Grande Force dont la Grandeur est indestructible parce qu’elle est bâtie non pas sur la terreur, l’envie et la suspicion, ni gagnée aux dépends des autres, mais basée sur l’espoir, la confiance, l’amitié, et dirigée pour le bien de toute l’Humanité ».


link

JOMO KENYATTA 1893 - 1978




Kamau wa Ngengi baptisé John Peter Kamau avant d'être appelé Johnstone Kamau et d'être connu à partir de1938 ous le nom de Jomo Kenyatta (né le 20 octobre 1893 et mort le 22 août 1978 est un homme politique kenyan. Premier ministre du Kenya de 1963 à 1964 puis président de la république1964 à 1978, il est considéré comme le père de la nation kenyane.

"Lorsque les missionnaires sont venus, nous possédions la terre et eux possédaient la bible. Ils nous ont appris à prier les yeux fermés. Lorsque nous les avons rouverts, nous possédions la bible et eux possédaient la terre."

link

SYLVANUS OLYMPIO 1902 - 1963

Le Togo devient indépendant le 27 avril 1960 et Sylvanus Olympio est élu président aux dépens de Nicolas Grunitzky, candidat soutenu par la France, lors d'élections supervisées par l'ONU.


JULIUS NYERERE 1922 - 1999

Le 26 avril 1964, Le Tanganyika et Zanzibar  fusionnent pour former la République unie de Tanzanie. Nyerere devient le président de l’État nouvellement créé.



 
MODIBO KEITA 1915 - 1977

Modibo Keïta était un homme politique malien qui fut président de la République du Mali entre 1960 et 1968.



«Le Mali ne saura considérer sa mission comme accomplie tant qu'un seul pouce du sol africain sera occupé par les colonialistes avides. »



Partager cet article
Repost0

commentaires