Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 15:13
L'Afrique n'a pas toujours été celle que l'on connaît aujourd'hui.
En un temps pas si lointain, résonnait d'autres noms
comme une échappée mystérieuse vers un inconnu attirant,
une chaude odeur de savanne,
un puissant appel au voyage.



Haute-Volta, Dahomey, Oubangui Chari, plus étranges les uns que les autres
ces noms véhiculaient à la fois l'histoire d'une terre martyr et le rêve d'un horizon sauvage.
En un temps maintenant hors de saison l'Afrique s'émancipait
son avenir semblait s'ouvrir enfin,
et on regardait émerveillé ce continent venir au monde.



L'Afrique d'alors avait des images, celle d'un docteur et de sa fille,
celle d'un lion qui louche et d'une guenon fantasque,
l'Afrique alors défilait dans ses trois syllabes aux sonorités de tam-tam :

DAKTARI






Alors y'avait pas encore le sida, on connaissait pas vraiment les Hutus et les Tutsi
et personne ne savait situer le Darfour sur la carte.
Alors c'tait l'bon temps des colonies et par un anachronisme dont l'histoire a le secret, on pouvait penser, comme un président d'aujourd'hui dans son discours de Dakar, que « Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'Histoire. "          ( discours de Nicolas Sarkozy à Dakar le 26 juillet 2007).
L'histoire bégaie, sous les tentatives de ceux qui voudraient revenir en arrière, oublier la négritude et ceux "qui sont de la race qu'on opprime"; (Aimé Césaire) Mais l'on préfère le poète au président.
En 1967, on parlait juste du Biafra on commençait à comprendre le sens de mots nouveaux qui n'allaient plus nous quitter "catastrophe humanitaire, famine" mais on n'en mesurait pas tout à fait la portée et surtout on pensait que ce serait sans lendemain, que l'Afrique allait rester ce qu'elle avait toujours été un désir brûlant.




Partager cet article
Repost0

commentaires