Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 19:38

 

 

 

 

Récit métaphysique, questionnement sans fin sur ce qui est le propre de l'humain, sommes-nous si différents des robots ou plus exactement les robots peuvent-ils devenir humain ?
Ce film souffre d'une douloureuse perfection, pellicule sombre et délavée, musique flamboyante (Vangelis), acteurs proches du paroxysme. Ridley Scott reprend le roman de Philip K. Dick et le transfigure, poussant plus loin l'interrogation du romancier : "Les androïdes ont-ils une âme ?" p 141 et la prenant comme point de départ, pour s'intéresser à ce qui pourrait être la ligne de passage entre l'homme et la machine, abolissant la différence entre la mort et l'usure.
Mais c'est parce que la beauté de la vie échappe à sa recréation artificielle, qu'elle trace une frontière indélébile, entre les objets qui en sont privés, fussent-ils à l'excate image des hommes, et les créatures
qui en sont douées. Pourtant, est-il vain d'imaginer que la vie puisse être aimée et, désirée avec elle la mort, qui en est son ultime essence, par ceux-là même qui en semblent privés ? La question de l'âme ne se pose plus, c'est la vie sous toutes ses formes y compris animal qui devient fascinante en particulier cette capacité à en prendre conscience qui rend unique cette expérience propre à chaque être qui ammasse des souvenirs qui le constituent et qui en fondent sa valeur.

Bon à part ça, Sean young est vraiment magnifique en Rachel.



A la ville :



 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
This film creates an addiction towards it. We will be in a hangover even after a week. The film has a mood of pain and the crew has done extremely well to make it perfect. I am happy to find a well-written review.
Répondre
N
<br /> Magnifique film en effet, unique en son genre et inoubliable.<br /> <br /> <br />
Répondre