Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Recherche

15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 19:39

Tarzan, c'est un mec bien que pas mal de belles mères auraient voulu pour gendre. Bon, le gars est peut être un peu frustre mais il a un bon fond, à condition de pas lui monter sur les arpions ou de faire du barouf autour du baobad où il crèche, car Tarzan aime prendre de la hauteur pour regarder les choses de haut.


Vu comme ça, on a une image qui renvoie à celle de la Saint famille, sauf qu'ici c'est Tarzan qui est le plus proche de l'enfant, son fils Boy (Tarzan a un langage très simple mais efficace, prétant peu à la confusion sémantique) relègant Jane à une position extrème , qui affirme une séparation claire entre le monde des hommes et celui des femmes.
A noter,
que cheetah la guenon remplace avantageusement le mouton animal ayant une personnalité inexistante et finnissant souvent en méchoui.

(La Sainte famille de Raphaël)



Tarzan a un rapport aux femmes très particulier. Sans doute les considère-t-il comme des objets décoratifs et pratiques à transporter, la game des positions étant comme dans le kamasoutra non limitative à quelques figures de base, qui peuvent donner lieu à une infinité de variantes.


Mais Tarzan n'est pas seulement le gros bourin qu'on imagine. Il sait aussi y faire avec les femmes, cela montre qu'on peut être un homme singe et néanmoins avoir besoin d'affection. Bien sûr un quintal de muscles ça aide, pour autant il sait être tendre et connaît un truc qui à l'air vachement efficace, surtout lorsqu'il est utilisé en réfléxologie : le massage de la plante des pieds.



Quoiqu'il en soit, il faut rendre grâce à Edgar Rice Burrough d'avoir crée un tel personnage et surtout aux réalisateurs qui se sont emparés de la BD, d'avoir choisi Maureen O Sullivan pour incarner Jane.


Il faut quand même avouer que d'autres actrices furent des Janes acceptable et que si on parle toujours des James Bond's girls, on devrait aussi parler des Tarzan's girls :
Brenda Joyce par exemple


Gifford Frances aurait fait une Jane de grande classe. Elle dut se contenter du rôle de Zandra dans "Le triomphe de Tarzan".



Car il faut reconnaître que Maureen O Sullivan n'a pas eu la partie facile. Il fallait jouer en pleine jungle sous la constante menace d'animaux sauvages prèts à la dévorer dès que Tarzan avait le dos tourné, ce qui, il faut bien l'avouer, constitua une réserve de scènes pour des scénaristes en mal d'inspiration. Sans compter que Tarzan adorait se bastonner avec ces grosses bestioles.


Surtout, elle aurait pu se plaindre du manque de moyen allouer à sa garde robe, elle qui rêvait de porter du Kenzo, Lagarfeld ou autre Lanvin, c'est raté.


Faut croire que ça devait tirer un peu question finance car quelques années plus tard, Georges Lucas, un peu dans le même style n'a pas lésiné sur les moyens.


On voit nettement la différence.


Partager cet article
Repost0

commentaires