Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 février 2016 3 10 /02 /février /2016 20:20

 

La ville "mentale"

La première fois, j'y suis arrivée par la côte, et je me suis arrêtée bien avant

le château de Miramare. Mais je savais que, au-delà de cette masse indéfinie

plongée dans une atmosphère laiteuse, un mélange entre ciel et mer,

il y avait la ville, il y avait Trieste. Elle m'est apparue comme un avant-poste,

pas comme une fin en soi, mais, au contraire, tel le point de départ vers

un territoire inexploré, et pas tout à fait réel. Puis j'y suis arrivée vraiment,

à Trieste. Et j'ai revu ce golfe, cette atmosphère laiteuse où tout, même ces

immenses navires mouillant à quai, semblent flotter dans l'air. Tout cela

est arrivé grâce à Dario et Mariuccia Fontana qui, poussés par Alessandro

Mezzena Lona, m'ont invitée à aller à la rencontre des lecteurs dans leur célèbre

librairie "Pas que des livres", sur la place Barbacan, dans la vieille ville.

Ce retour dans la ville m'a été fatal: je suis tombée amoureuse, un coup de

foudre dans les règles de l'art. Depuis, j'y suis souvent retournée, en toutes

saisons, avec ou sans raison précise.

Mais je pense que l'histoire d'Aida est née justement ce jour-là, lors de mon

retour, lors de mon entrée réelle dans la ville et sur le territoire triestin.

 

Un récit brassant des thématiques riches et puissantes,

une illustration envoutante, Aïda est une réussite,

une errance dans une ville qui n'aurait sans doute

pas déplue à Hugo Pratt et à Ungaretti...

 

AÏDA - Anna Vinci
AÏDA - Anna Vinci
AÏDA - Anna Vinci
AÏDA - Anna Vinci

I FIUMI
Cotici il 16 agosto 1916

Mi tengo a quest’albero mutilato
Abbandonato in questa dolina
Che ha il languore
Di un circo
Prima o dopo lo spettacolo
E guardo
Il passaggio quieto
Delle nuvole sulla luna

Stamani mi sono disteso
In un’urna d’acqua
E come una reliquia
Ho riposato

L’Isonzo scorrendo
Mi levigava
Come un suo sasso
Ho tirato su
Le mie quattro ossa
E me ne sono andato
Come un acrobata
Sull’acqua

Mi sono accoccolato
Vicino ai miei panni
Sudici di guerra
E come un beduino
Mi sono chinato a ricevere
Il sole

Questo è l’Isonzo
E qui meglio
Mi sono riconosciuto
Una docile fibra
Dell’universo

Il mio supplizio
È quando
Non mi credo
In armonia

Ma quelle occulte
Mani
Che m’intridono
Mi regalano
La rara
Felicità

Ho ripassato
Le epoche
Della mia vita

Questi sono
I miei fiumi

Questo è il Serchio
Al quale hanno attinto
Duemil’anni forse
Di gente mia campagnola
E mio padre e mia madre.

Questo è il Nilo
Che mi ha visto
Nascere e crescere
E ardere d’inconsapevolezza
Nelle distese pianure

Questa è la Senna
E in quel suo torbido
Mi sono rimescolato
E mi sono conosciuto

Questi sono i miei fiumi
Contati nell’Isonzo

Questa è la mia nostalgia
Che in ognuno
Mi traspare
Ora ch’è notte
Che la mia vita mi pare
Una corolla
Di tenebre

Partager cet article
Repost0

commentaires