Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juin 2019 1 10 /06 /juin /2019 17:09

 

Il faut que la photo émeuve les personnes. Si une photo te laisse indifférent, c’est une photo ratée. Une photo peut être totalement sauvage, pas parfaitement prise, mais s’il y a une force dans cette photo, une claque, si ça t’émeut d’une manière ou d’une autre, c’est une bonne photo généralement.

Jane Evelyn Atwood

 

Son projet : inclure les exclus, montrer ce qu'on ne voit pas et participer à l’iconographie des réalités du monde, même les plus sombres.

 

Jane Evelyn Atwood
Jane Evelyn Atwood
Jane Evelyn Atwood
Jane Evelyn Atwood

Partager cet article

Repost0
30 octobre 2018 2 30 /10 /octobre /2018 20:18
Dorothea Lange
Dorothea Lange
Dorothea Lange
Dorothea Lange
Dorothea Lange
Dorothea Lange

 

«il faudrait vraiment utiliser l'appareil photo comme
si l'on devait être frappé de cécité demain.
Vivre une vie consacrée au visible, c'est une
entreprise considérable,quasiment inaccessible,
mais quand on parvient à produire de bonnes
photographies, c'est dans cette direction-là
qu'il faut aller. Je n'ai fait que l'effleurer, à
peine l'effleurer. »

 

« Les errants, les émigrants, étaient devenus des nomades.
Des familles qui avaient jusque-là vécu sur un lopin de terre,
dont toute l’existence s’était déroulée sur leurs quarante
arpents, qui s’étaient nourries – bien ou chichement – du
produit de leurs quarante arpents, avaient maintenant tout
l’Ouest comme champ de pérégrinations. Et elles erraient à
l’aventure,
à la recherche de travail; des flots d’émigrants
déferlaient
sur les autostrades et des théories de gens
stationnaient dans les fossés bordant les routes.
Et derrière
ceux-là, il en arrivait toujours d’autres. Les autostrades
grouillaient de véhicules de toutes sortes. Ces régions du
Centre-Ouest et du Sud-Ouest avaient été habitées jusque-
là par une population agrarienne que l’industrialisation
n’avait pas touchée; des paysans simples, qui n’avaient
pas subi le joug du machinisme et qui ignoraient combien
une machine peut être un instrument puissant et dangereux
entre les mains d’un seul homme. Ils n’avaient pas connu les
paradoxes de l’industrialisation à outrance et avaient gardé
un jugement assez sain pour discerner toute l’absurdité de
la vie industrielle.
Et brusquement, les machines les chassèrent de chez eux
et les envoyèrent peupler les grandes routes. Et avec la vie
nomade
, les autostrades, les campements improvisés, la
peur de la faim et la faim elle-même, une métamorphose
s’opéra en eux. Les enfants qui n’avaient rien à manger, le
mouvement ininterrompu, tout cela les changea. Ils étaient
devenus des nomades.
L’hostilité qu’ils rencontraient partout
les changea, les souda, les unit – cette hostilité qui poussait
les habitants des petites villes et des villages à se grouper
et à s’armer comme s’il s’agissait de repousser une invasion
– sections d’hommes munis de manches de pioches, calicots
et boutiquiers munis de fusils de chasse – de défendre le
monde contre leurs propres concitoyens.
Le flot perpétuellement renouvelé des émigrants fit régner
la panique dans l’Ouest. Les propriétaires tremblaient
pour leurs biens. Des hommes qui n’avaient jamais connu
la faim la voyaient dans les yeux des autres. Des hommes
qui n’avaient jamais eu grand-chose à désirer voyaient
le désir brûler dans les regards de la misère. Et pour se
défendre, les citoyens s’unissaient aux habitants de la riche
contrée environnante et ils avaient soin de mettre le bon
droit de leur côté en se répétant qu’ils étaient bons et que
les envahisseurs étaient mauvais, comme tout homme doit le
faire avant de se battre. [...]
Et les Sociétés et les Banques travaillaient inconsciemment
à leur propre perte. Les vergers regorgeaient de fruits et les
routes étaient pleines d’affamés. Les granges regorgeaient
de produits et les enfants des pauvres devenaient
rachitiques et leur peau se couvrait de pustules. Les grandes
Compagnies ne savaient pas que le fil est mince qui sépare
la faim de la colère. Au lieu d’augmenter les salaires, elles
employaient l’argent à faire l’acquisition de grenades à
gaz, de revolvers, à embaucher des surveillants et des
marchands, à faire établir des listes noires, à entraîner leurs
troupes improvisées. Sur les grand-routes, les gens erraient
comme des fourmis à la recherche de travail, de pain. Et la
colère fermentait. »

John Steinbeck, « Les raisins de la colère » p. 396-399.

 

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2018 1 29 /10 /octobre /2018 07:52

 

 

 

 

 

 

Quatre-cent jours enfermé dans une cellule. Quatre-cent jours privé de liberté.  Quatre-cent jours sans pouvoir voir sa femme et son fils. Salah Hamouri, avocat franco-palestinien, est sorti de la prison du Néguev dans laquelle il était incarcéré par les autorités israéliennes le 30 septembre 2017.

Outre ces 400 jours, le jeune homme avait déjà été emprisonné par Israël pendant sept ans, entre 2005 et 2011. Chaque fois, les autorités israéliennes le placent en détention administrative, un régime leur permettant d’emprisonner quiconque sans charges ni procès.  Plus de huit ans de la vie de cet homme de 33 ans sont ainsi partis en fumée.

Il n’y avait aucune charge, pendant treize mois, j’étais détenu tout en n’étant accusé de rien. Mon dossier est maintenu secret, ni les avocats ni moi même n’y avons accès. Il n’y a que les services de renseignement israéliens qui peuvent y accéder. Je pense que ce dossier est clairement vide mais que cette détention administrative est une pression pour m’obliger à quitter la Palestine.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
17 février 2018 6 17 /02 /février /2018 16:54

J’ai commencé cette série un peu par hasard, avec la seule sensation qu’il se passait quelque chose, un événement aux composantes à la fois sociales, politiques, un élan collectif que l’on n’avait pas vu depuis longtemps. Et j’étais bien remonté après m’être fait tirer dessus au Flash-Ball par un CRS pour avoir fait des photos ! J’ai vite abandonné la partie informative de ma démarche

pour me concentrer sur la recherche de ce qui pourrait être une imagerie contemporaine de la révolte.

Rémy Soubanère - Nuit debout
Rémy Soubanère - Nuit debout
Rémy Soubanère - Nuit debout
Rémy Soubanère - Nuit debout
Rémy Soubanère - Nuit debout
Rémy Soubanère - Nuit debout
Rémy Soubanère - Nuit debout

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2018 2 02 /01 /janvier /2018 17:50
Anka Zhuravleva
Anka Zhuravleva
Anka Zhuravleva
Anka Zhuravleva
Anka Zhuravleva
Anka Zhuravleva
Anka Zhuravleva
Anka Zhuravleva
Anka Zhuravleva
Anka Zhuravleva
Anka Zhuravleva

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 19:47
RAQUEL LOPEZ-CHICHERI
RAQUEL LOPEZ-CHICHERI
RAQUEL LOPEZ-CHICHERI
RAQUEL LOPEZ-CHICHERI
RAQUEL LOPEZ-CHICHERI
RAQUEL LOPEZ-CHICHERI

Partager cet article

Repost0
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 15:51
Hisaji Hara
Hisaji Hara
Hisaji Hara
Hisaji Hara
Hisaji Hara
Hisaji Hara

 

 

Hisaji Hara est né à Tokyo en 1964, il est diplômé de l'Université de Musahino Art en 1986. En 1993, il part aux Etats-Unis et travaille en tant que directeur de photographie pour la télévision pour les films documentaires . 

Ses photos ne sont pas sans rappeler les ambiances des tableaux de Balthus. 

 

 

.

 

Hisaji Hara
Hisaji Hara

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2016 4 29 /09 /septembre /2016 18:14

 

 

" Ce que je cherche dans la photo,

c'est l'anarchie : dans le contexte

d'une société conservatrice,

mes photographies sont agressives.

Une vie intense, de passion - une 

passion saine pour la vie - c'est cela

dont elles parlent."

 

Gérard Petrus FIERET
Gérard Petrus FIERET
Gérard Petrus FIERET
Gérard Petrus FIERET
Gérard Petrus FIERET
Gérard Petrus FIERET

Partager cet article

Repost0
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 17:11
Alexander Rodtchenko
Alexander Rodtchenko
Alexander Rodtchenko
Alexander Rodtchenko
Alexander Rodtchenko
Alexander Rodtchenko
Alexander Rodtchenko
Alexander Rodtchenko

Partager cet article

Repost0
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 18:24
Sophie Ristelhueber

 

 

"Une photographie est comme une chose

qui repose sur le sol et accumule des poussièrese"

W.G. Sebald

 

« En passant des vues aériennes au sol,

j’ai cherché à faire perdre toute notion d’échelle,

comme dans l’Élevage de poussière de Marcel Duchamp.

C’est une image qui me fascine et que j’ai gardée en tête

durant tout ce travail.

Cette balade entre l’infiniment grand et l’infiniment petit

déstabilise le spectateur. C’est une bonne illustration

de la relation que nous avons au monde.

Nous disposons de moyens modernes pour tout voir,

tout appréhender, mais en fait nous ne voyons rien. »

 

Partager cet article

Repost0