Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2013 2 19 /03 /mars /2013 18:08

 

 

 

 

 

On la connaît pour son rôle

dans "Brève rencontre" de David Lean,

l'homme de Lawrence et de Jivago,

mais cette actrice anglaise,

au physique si éloigné de celui des girls

qui firent la répontation de la saga,

a néamoins quelques rapports avec

Monsieur Bond, James Bond.

En effet, elle épousa en 1935

Peter Fleming un écrivain explorateur

dont le frère Ian, assistant espion,

enfanta le célèbre 007.

 

 

celia-johnson1933.jpg

 

 

breve-rencontre-1946

 


Partager cet article

Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 20:52

 

 

 

 

 

High-sierra.jpg

 

 

Encore lui !

Ouais, mais là, y'a Ida

et entre les deux

il y a leur regard

et ce qui la fait belle

est autant ce qu'elle est

que le regard qu'il lui porte,

le regard fatigué

d'un homme fini

qui sait que la mort l'attend.

Il ne la domine pas du regard

il l'élève à lui,

il ne l'attire pas

il la tire de l'ombre

et l'offre à la lumière.

Dans le cadre,

il n'y a plus deux acteurs

mais deux anges

qu'un regard uni

dans une grande évasion.

 

 

Ida, déjà : Ida Lupino

Humphrey : Audrey Hepburn

 

Ida Lupino et Humphrey Bogart

s'étaient déjà retrouvés dans "They drive by night"

(Une femme dangereuse)


Partager cet article

Repost0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 20:54

 

 

 

 

Connue pour ses jambes, assurées dit-on pour 250 000 $,

qui firent allègrement phantasmer des cohortes entières

de GIs, elle reste la figure archétypale des pin up girls.

Mais d'autres photos nous feront oublier

les jambes de Betty et retrouver

la grâce insondable d'un visage

qu'on voudrait pour toujours

épargné par les rides du temps.

 

 

betty_grable-legs--7-.jpg

 

 

Betty-Grabble02.jpg

 

betty-grable.jpg

 

 

 

Tout cela nous éloigne un peu

de la version de la belle Cindy

que les aficionados peuvent

retrouver ici : link

Les Temptations nous avaient

offert un Time after time

assez sympa ici : link

Big Miles nous l'avait fait aussi

et ça, c'est inoubliable ici : link

Miles qui aurait dit :

"Pourquoi jouer tant de notes alors qu'il suffit de jouer les plus belles"

Et on remet ça

mais c'est déjà plus pareil ici : link

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 21:16

 

Audrey-Hepburn-et-Bogart.jpg

 

Ouais c'est Bogi

à la prestance à nul autre pareil,

au charme à rendre fou un Geoges Clooney.

En face c'est Audrey

la féminité à l'état pur,

le sourire à faire se morfondre

plus d'un iceberg,

la grâce et la pitié

pour les condamnés,

l'extase qui n'a pas de faim.

Et là tous les deux

réunis par Billy Wilder.

D'abord on n'y croit pas

puis, peu à peu on réalise

ils sont là tous les deux

dans les bras l'un de l'autre

si beaux

qu'on ne sait plus

si le monde existe toujours.

 

Audrey Hepburn


Partager cet article

Repost0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 08:42

 

En 1957, Roland Barthes publiait "Mythologiques" dans lequel il exemplifiait sa conception de la sémiologie.

 

Garbo appartient encore à ce moment du cinéma où la saisie du visage humain jetait les foules dans le plus grand trouble, où l'on se perdait littéralement dans une image humaine comme dans un philtre, oùle visage constituait une sorte d'état absolu de la chair, que l'on ne pouvait ni atteindre ni abandonner. Quelques années avant, le visage
de Valentino opérait des suicides; celui de Garboparticipe
encore du même règne d'amour courtois, où la chair développe des sentiments mystiques de perdition.


C'est sans doute un admirable visage-objet


Le visage de Garbo représente ce moment fragile, où le cinéma va extraire une beauté existentielle d'une beauté essentielle, où l'archétype va s'infléchir vers la fascination de figures périssables, où la clarté des essences chamelles va faire place à une lyrique de la femme.

 

Comme moment de transition, le visage de Garbo concilie deux âges iconographiques. il assure le passage de la terreur au charme. On sait qu'aujourd'hui, nous sommes à l'autre pôle de cette évolution: le visage d'Audrey Hepburn, par exemple, est individualisé, non seulement par sa thématique particulière (femme-enfant, femme-chatte), mais aussi par sa personne, par une spécification à peu près unique du visage, qui n'a plus rien d'essentiel, mais est constitué par une complexité infinie des fonctions morphologiques. Comme langage, la singularité de Garbo étaitd'ordre conceptuel, celle d'Audrey Hepburn est d'ordre substantiel. Le visage de Garbo est Idée, celui de Hepburn est Evénement.

 


 

greta_garbo-copie-1.jpg

 

 

 

GretaGarbo14-copie-1.jpg

 

 

Page ouverte à "Ferragus"


Partager cet article

Repost0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 21:02

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Page ouverte à "Ferragus"

 

Partager cet article

Repost0
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 08:30

 

 

 

 

 

Si le vent a emporté beaucoup de choses

il n'a pas effacé la beauté ineffable

de celle qui restera toujours Scarlett.

Mais plus encore,

c'est dans "Un tramway nommé désir"

de Kazan qui a su surprendre,

à travers le jeu de l'ombre et de la lumière,

tout ce que cette actrice pouvait incarner,

tout à la fois du charme, de l'émotion de la fragilité

et quelque chose de plus que nous avons tous en nous

et qu'exprima Tennessee.


 

Vivien-Leigh03.jpg

 

Vivien-Leigh04.jpg

 

Vivien-Leigh05.jpg

 

Vivien-Leigh06.jpg

 

Leigh-Vivien-02.jpg

 

 

Une critique du film : link

Un site très complet sur l'actrice : link

Partager cet article

Repost0
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 16:31


Samia Gamal est associée pour toujours au nom de Farid El Attrache avec qui elle ne partagea sa vie que peu de temps. Elle incarne un Orient un brin fantasmagorique avec des films où ses talents de danseuse sont mis à contribution.

 

Samia Gamal02

 

SamiaGamal.jpg

 

link

Partager cet article

Repost0
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 09:20

 

 

 

 

 

 

 


Trois films résument celle qui disparut prématurément en 1981 :

"La fureur de vivre" de Nicholas Ray

"La prisonnière du désert" de John Ford,

et "West Side Story" de Robert Wise

De quoi laisser quelques regrets même si sa carrière

avait largement périclité elle reste inoubliable

dans le rôle de Judy, Debbie ou Maria...


 

natalie-wood.jpg

 

natalie-wood02.jpg

 

Natalie-Wood03.jpg

 

Natalie-Wood04.jpg

 


Partager cet article

Repost0
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 19:04

 

 

Comment pouvoir l'oublier ...

Eddy nous avait prévenu

on peut toujours essayer d'oublier Venise

mais on ne pourra jamais

s'empêcher de rêver

de ses longues jambes

qui n'en étaient plus

tellement longues

que l'on finissait par

oublier

qu'elles lui appartenaient

comme un rêve

qui n'aurait plus de fin...


 

Cyd-Charisse04.jpg

 

cyd-charisse.jpg

 


 

Cyd-Charisse02.jpg

 

cyd-charisse01.jpg

Partager cet article

Repost0