Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 20:50

 

 

marcel_proust.jpg

 

 

Tout à coup, je m'arrêtai, je ne pus plus bouger comme il arrive  quand une vision ne s'adresse pas seulement à nos  regards, mais requiert des perceptions plus profondes

et dispose de notre être tout entier. Une fillette d'un blond roux, qui avait l'air de rentrer de promenade et tenait à la main une bêche de jardinage, nous regardait, levant son visage semé de taches roses.
Ses yeux noirs brillaient et, comme je ne savais pas alors, ni ne l'ai appris depuis, réduire en ses éléments . objectifs une impression forte, comme je n'avais pas, ainsi qu'on dit, assez « d'esprit d'observation» pour dégager la notion de leur couleur, pendant
longtemps, chaque fois que je repensai à elle, le souvenir de leur éclat se présentait aussitôt à moi comme celui d'un vif azur, puisqu'elle était blonde, de sorte que, peut-être si elle n'avait pas eu des yeux aussi noirs - ce qui frappait tant la première fois qu'on la voyait - je n'aurais pas été, comme je le fus, plus particulièrement amoureux, en elle, de ses yeux bleus.

 

p 170

 

 

 

Swann, lui,ne cherchait pas à trouver jolies les femmes avec qui il passait son temps, mais à passer son temps
avec les femmes qu'il avait d'abord trouvées jolies. Et c'étaient souvent des femmes de beauté assez
vulgaire, car les qualités physiques qu'il recherchait sans s'en rendre compte étaient en complète opposition
avec celles qui lui rendaient admirables les femmes sculptées ou peintes par les maîtres qu'il préférait.
La profondeur, la mélancolie de l'expression, glaçaient ses sens, que suffisait au contraire à éveiller
une chair saine, plantureuse et rose.

 

p 232

Partager cet article

Repost0

commentaires