Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2020 6 23 /05 /mai /2020 14:31

 

 

 

On dit qu'Archiloque traversa un désert d'os, et qu'il dut le traverser seul. Un médecin indien, le Dr Charles Eastman, était venu fouiller les environs à la recherche de survivants. li était arrivé un matin, le 1er janvier, et à midi, lui et ceux qui l'accompagnaient avaient déjà retrouvé dix personnes. lis continuaient à chercher dans les fourrés, inquiets, pleins d'amour et de tristesse, ils couraient partout où un mourant aurait pu se cacher; lorsque, soudain, on crut entendre les pleurs d'un bébé.
On crut avoir rêvé sans doute, mais il y eut un second gémissement. Alors, les hommes se déployèrent à pied, avançant lentement, s'arrêtant, tendant l'oreille. Le ciel était gris, les nuages épais. Les hommes marchaient en silence. Tout à coup, l'un d'eux cria. Les autres accoururent. Les pleurs venaient d'un cadavre de femme. On se mit à quatre pattes, grattant autour de la morte. On souleva le corps de l'Indienne, raide et froid, figée dans son propre sang; et on découvrit, entre ses bras morts, une petite fille. Il fallut écarter de force les bras gelés.

63 - 64

À ce moment-là, le coeur du général Colby s'était mis à battre très fort. il avait flairé la bonne affaire. Quoi de mieux pour trafiquer chez les Indiens que d'adopter une petite squaw ? Et puisqu'il n'y a pas incompatibilité entre les affaires et les larmes, au contraire, puisque les voyous sont violents et sentimentaux, orphelins du monde, il avait été sans doute à la fois intéressé et ému.

p 69

Le marchandage fut féroce. Colby, Buffalo Bill et Burke, à deux pas du bébé qu'une Indienne tenait contre elle, dans le magasin d'Asay, tandis que la reine de Pine Ridge, May, leur servait à boire, négocièrent le prix de l'enfant. On ne sait pas combien Colby acheta Zintkala Nuni, peu importe, on sait seulement qu'il était fou, que plus d'une fois dans sa vie son comportement frisa la folie, mais sa plus grande folie fut sans doute d'acheter cette enfant et de l'adopter, et de

 


 

mêler ainsi à ce point les larmes et le profit. Oui, là - comme on le voit sur cette terrible photographie où il tient l'enfant dans ses bras, vêtue d'une sorte de robe de baptême -, on peut dire que Leonard Colby alla très loin dans sa folie, engloutissant la vie d'un autre dans la sienne, et diluant la sienne dans une entreprise de malheur.

p 70

Il existe une photographie d'elle, peu de temps avant qu'elle ne meure. Elle pose en Indienne, à l'Exposition Panama-Pacifique de San Francisco. Et c'est curieux, mais sur cette photographie, elle qui pourtant est indienne, semble être déguisée. Et si Zintkala Nuni, sur ce pauvre cliché commercial, nous semble travestie, ce n'est pas seulement parce que son regard triste et usé nous crie, à travers le costume et la mise en scène de cirque, que nous mourrons brûlés par nos masques. Non, ce n'est pas seulement parce qu'on l'a affublée d'une veste à franges et de mocassins bon marché. C'est bien plus terrible encore. Si, vêtue de cette manière, Zintkala Nuni, l'enfant de Wounded Knee, nous paraît être déguisée - c'est qu'elle n'est plus indienne.

p 74

 

 

La photographie de couverture du livre d'Eric Vuillard est celle de Zitkala Sa. Pour des informations sur Zikala Sa écrivaine, éditrice, musicienne et activiste Sioux cliquer sur l'image :

 

 

" Je ne comprenais pas, alors, que nous avions atteint la fin amère. Lorsque du sommet de ma vieillesse je fais un retour sur le passé, je vois encore les femmes et les enfants massacrés, jonchant le fond du ravin tortueux dans toute son étendue avec autant de netteté que si j'avais la scène sous les yeux, comme à l'époque de ma Jeunesse. Et je m’aperçois que quelque chose d’autre est mort dans ce bain sanglant, enseveli par la tourmente de neige. Le rêve de tout un peuple... C’était un beau rêve... l'alliance de la nation est brisée, dispersée aux quatre vents. Le noyau n’est plus, et l’arbre sacré est mort. "

Elan noir, extrait du livre "Enterre mon coeur à Wounded Knee"

 

 

 

 

Pour une présentation du massacre de Wounded Knee

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires