Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 19:42

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vis pour mon art en utilisant toutes les émotions que je porte. Cela me conduit à une solitude qui prend de plus en plus de place, renforcée sans doute par le fait que je suis plutôt d'une nature solitaire.

Or cette solitude est remplie des émotions des rôles que je chante. Cela a toujours été le cas mais, par le passé, ma vie sociale prenait davantage de place. Il m'arrivait plus fréquemment de sortir avec des collègues, ce qui m'aidait à m'extérioriser davantage.

Je ne pourrais pas expliquer pourquoi mais, plus je travaille et expérimente au quotidien, et plus cela devient obsessionnel car je m'efforce de parvenir à être la plus vraie et la plus juste possible tout en faisant mon possible pour qu'aucune représentation ne soit semblable à une autre.

Mon souhait est qu'un spectateur qui m'aurait vu dix fois dans le même rôle puisse repartir après chaque représentation avec un sentiment différent. Aussi, cela me demande d'aller chercher très profond en moi pour devenir le rôle que je chante et, par conséquent, cela a pour effet de me détacher de la réalité.

Je suis une personne plutôt timide et le monde extérieur est si matériel que je me sens bien plus en phase avec la recherche que je mène sans relâche. Mais elle m'entraîne dans une autre dimension où le matériel laisse place à l'émotion et qui me donne l'impression d'exister bien plus intensément. Au point que le retour au quotidien est difficile.

Je sais que je ne suis pas parfaite, et cette recherche de perfection me porte dans cette direction. J'ai récemment chanté Thaïs à Sao Paulo et j'ai vécu cette production comme un rêve. L'alchimie très spéciale qui reliait tous les participants était si belle et si forte que je suis restée troublée, pour ne pas dire hantée, pendant une semaine après la fin des représentations.

Je me souviens m'être retrouvée dans la rue avec la sensation que les gens autour de moi étaient immatériels…

 

 

 

Superbe interview  à retrouver sur Tutti magazine

.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires